AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Talya
Le Monde de Dùralas a précisément 1843 jours !
Dùralas, le Ven 16 Nov 2018 - 4:23
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Le croc blanc de Dùralas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Le croc blanc de Dùralas   Mer 4 Juil 2018 - 20:41

   
   
____________________________________



   
Spoiler:
 


   


   Prénom et nom : Lonann Alhazred

   Âge : 25 ans

   ♀ ou ♂ :  Jeune loup

   Race choisie : Lycan

    Classe envisagée : Pugiliste

   Métier envisagé : Bucheron

   Don : Une brume laiteuse, donnant l’impression d’être au milieu de nuages, s’était installée sur la clairière. Le soleil commençait à se hisser hors de son sommeil profond et à éclairer la forêt de Sylfaën. Une légère brise, sifflant entre les feuilles, animait ce jardin oublié dans lequel je venais régulièrement m’installer. A l’approche de l’aurore, la forêt sortait de son sommeil, réveillée par le chant des oiseaux. Je profitais de la fraîcheur du matin pour m’exercer et étirer mon corps. Sans bouger, durant de longues heures de méditations, j’apprenais à ne faire qu’un avec mon environnement. S’approprier l’âme de la forêt et ne faire qu’un avec elle. Ressentir chaque identité qui rendait si particulière. Les arbres, les fleurs, les rivières, les cerfs, les sangliers, les oiseaux. La nature était mon élément, mon espace. Une fois en harmonie avec celle-ci, je pouvais ressentir une certaine empathie l’envahir. Rentrer en communion avec ses identités me paraissait tout aussi banal que de saluer quelqu’un. Deux magnifiques mésanges, aux plumages plus que radieux, vinrent se percher sur mon épaule, jazzant à tue-tête une mélodie entraînante. La forêt se réveille. Le sol vibrait sous des secousses régulières rythmées par le chant des mésanges. Un cerf aux bois imposants, accompagné de sa progéniture, croisèrent notre chemin s’arrêtant quelques minutes.  Le petit me tourna au tour quelques temps, devinant que je possédais quelque chose qui l’intéressait. J’avais l’habitude de les voir dans les environs au lever du soleil. Certains liens s’étaient consolidés avec le temps. Je lui tendis une botte d’herbes folles fraîchement cueillie sous la rosée du matin, deux autres bottes se tenaient compagnies près de mes affaires. Le faon, ravi, se tourna vers son père, comme pour lui demander la permission, et entama un savoureux déjeuné.

   Mode hardcore : non

   Mode de présentation : Voie Standard


   

La forêt retenait son souffle. Une branche venait de craquer non loin du campement, alertant ainsi mes oreilles qui se mirent à virer de bord telles des girouettes. Sûrement un ragondin. Je m’étais installé près d’un petit étang, les animaux nocturnes profitaient de ce moment de calme pour étancher leur soif. Le feu s’était presque éteint, le bois crépitait tout juste. J’alignais quelques branches au-dessus de ceux-ci et soufflait sur les quelques braises encore rougeoyante. Quelques flammes naissantes apparurent, se rejoignant au centre du tas de branche pour donner renaissance au feu de camp. Je m’étais réveillé brusquement d’un souvenir plutôt agréable. Le feuillage de grands chênes filtrait le clair de lune. Le vent n’était pas au rendez-vous et pourtant, la température continuait de baisser. Une braie en tissu rembourrée de peaux de bêtes me tombait jusqu’en bas des chevilles, maintenu fermement à la taille par une dizaine de ceintures en cuir sur lesquels figuraient les souvenirs de mon passé. Divers symboles et dessins aux allures familières représentant les blasons des grandes maisons de mon peuple. De grands motifs couleurs ocre étaient dessinés un peu partout sur mon corps, retraçant ainsi les grandes étapes de ma vie : La naissance, le passage à l’âge adulte, le blason de la maison à laquelle j’appartiens. Un corps svelte inspirant une grande agilité. Je desserrais et retirais les bandes de cuir que je portais jusqu’à maintenant et les déposait près du feu. J’allai m’occuper un peu et faire le tour de mon inventaire … Mon bâton d’entraînement, sur lequel j’avais taillé quelques motifs évasifs, mon masque de chasseur fabriqué à partir de bouleau, quelques fruits des bois cueillis dans la journée, mon Fresnel et un manteau de fourrure. Tout était parfaitement rangé. J’en profitais pour tirer le manteau du sac en cuir et m’entourait de celle-ci, sentant mes poils se hérisser et la chair de poule me parcourir. Le vent ne tarda pas à pointer le bout de son nez, faisant flotter ma longue crinière blanche aux grés des courants.


   

La matinée avait été brumeuse autour de l’étang. L’épais voile blanc filtrait les rayons du soleil qui avait déjà bien du mal à esquiver les quelques nuages dans le ciel. Attendant patiemment le levé du jour tout près du feu. Toujours éveillé, mais peu motivé pour bouger, j’avais lézardé toute cette matinée depuis mon réveil en sursaut durant la nuit. J’avais pu écouter les animaux nocturnes des environs chasser le rongeur. Le ragondin avait dû fuir à leur approche … Une famille de sanglier, avançant en file indienne, avait longé le campement de fortune que je m’étais fait avec les branchages et feuilles des environs. Ils se dirigèrent vers l’étang pour s’y abreuver. Une chouette s’était perchée juste au-dessus de moi, sur les branches du chêne au pied duquel je campais. Espionner la vie nocturne était l’un de mes passe-temps favoris, spectateur d’un monde auquel j’appartenais entièrement une fois toutes les 20 lunes à peu près. Il m’arrivait rarement de me transformer de mon plein gré à cause de la rage. La haine est quelque chose que j’essaye de tenir le plus éloignée de moi, sachant à quel point ce sentiment peut devenir dévastateur. Mon Frestel, seul remède contre cette maladie à ma disposition, m’aidait à exprimer ce que mon cœur ressentait. Aussi bien le chagrin, que la colère. Mais mère ne m’avait pas offert ce cadeau pour rendre le monstre plus triste qu’il ne l’est, je m’en servais également pour répandre la bonne humeur et la zénitude à ceux qui en avaient besoin.

C’est ainsi que je sortis mon Frestel, accompagnant l’orchestre animal, fêtant cette nouvelle journée. L’épaisse brume commençait à se dissiper, quelques éclaircis arrivèrent à atteindre le sol jusqu’à lors bercé par le brouillard. Petit à petit, la vue se dégagea, découvrant l’étang de son manteau de fumé. Je pouvais maintenant voir l’autre côté de la rive. La clairière était tout aussi calme que dans mes rêves, aucun chasseur ne viendrait perturber ce moment de plaisir. Je récupérais mon sac en cuir près du feu, renversant un peu de ma gourde dans un élan de motivation excessif, et en sortis deux plantes boursouflées. Je commençais à l’épiler soigneusement et à en rouler le butin amassé dans une grande feuille verte aux bordures craquelé et rougeoyante. Profitant du feu encore vivant, je tendis la brindille faite maison et brûlais son extrémité avant d’inspirer un petit … long moment dessus.  Il était, à mon humble avis, évident que ce second remède contre les ondes négatives était néfaste à mon activité journalière, mais la nature nous en faisait don, pourquoi donc s’en priver ? Un second brouillard se leva me berçant à nouveau dans le calme et la sérénité.



 

Torpeur ... Terreur ... Chaleur ...

*Cours Lonann ! Cours !*

Il faisait nuit, il faisait chaud, mais nous n'étions pas en été. Un jeune garçon à la crinière blanchâtre courait, tête baissée, à travers la foule qui lui faisait bloc. La foule se resserrait sur lui, l'étreinte était telle qu'elle l'empêchait de reprendre son souffle. Les flammes dévoraient les maisons les unes après les autres, détruisant tout ce qui avait été construit jusqu'à présent, le résumé de plusieurs vies réduit à l'état de cendres. Cette nuit-là, bien que nous ne puissions voir la pleine lune depuis la caverne, les Lycans étaient de sortie. Le sol était jonché de corps inerte recouvert d'une peinture bordeaux dont je ne soupçonnais pas la provenance jusqu'à ce moment précis...

*Lonann ! Reste pas planté-là ! vas-t'en !*

*J'veux pas, pas tout seul ! Venez aussi !*

Un combat faisait rage non loin de là, emmenant avec lui la grande faucheuse de vie ... Les parents du garçon avaient un air triste, les larmes aux yeux. La mère attrapa le petit encore au sol et l'emporta dans le sens opposé aux combats, le père juste derrière eux avec dans ses bras leur petite fille. Malheureusement, le feu s'était étalé sur tout le domaine, empêchant qui que ce soit de fuir cette fatalité qui les attendait tous. Ils coururent, aussi vite qu'ils le pouvaient, enjambant les corps de leurs proches. Rien n'avait pu échapper au regard vif et réfléchit du petit. Il avait compris que quelque chose n'était pas normal, que ses parents n'avaient pas peur pour rien, et que le chemin qu'ils empruntaient n'avait rien de rassurant. Ils se dirigeaient vers l'oratoire où le petit et sa sœur venaient prier chaque matin. Les parents, dans l'empressement, déposèrent les enfants et se mirent à pousser le petit autel de prière derrière lequel un passage secret étroit avait été creusé. Le jeune louveteau savait ce qui l'attendrait après avoir emprunté ce passage. Il ne pourrait plus jamais retourner en arrière. Lui et sa sœur étaient bien trop jeunes pour faire une telle chose. Lui avait à peine neuf hivers et elle tous justes six hivers. Comment allait-il s'en sortir ?

*Allez, vous devez prendre ce chemin !*

*Merryse, On a plus le temps, il faut qu'ils rentrent maintenant !*

*Tiens ma puce, prend ce collier. Maman sera toujours avec toi avec ceci. Ne le perd pas.*


La petite enfile le collier, pleurant toutes les larmes de son corps. Elle vint se réfugier dans les bras de son grand frère, la même mine pleurnicharde.

*Prend ça Lonann. Elle lui tend un petit instrument de musique en bois d'Orme. Tu aimes quand je joue, n'est-ce pas ? Joues-en lorsque tu es perdu ou lorsque tu es triste, je serai là pour t'aider et te réconforter lorsque tu en auras besoin. Ne l'oubli pas.*

Sur ces mots doux, elle poussa la petite fille vers le passage secret puis, vint le tour de Lonann qui s'y faufila derrière sa sœur. Mais l'envie et la curiosité de voir ses parents une dernière fois prirent le dessus.

*Lonann ! Nan !!*

*  *  *  *  *

Encore une nuit plutôt agitée. La lumière du soleil traversait l'épais brouillard qui s'était formé dans la matinée. Le feu de camp s'était éteint, encore fumant, quelques braises encore chaude. Je m'empressais de souffler dessus pour raviver la flamme et me réchauffer. Je sortis mon Frestel de ma besace en cuir et commençai à jouer un petit air matinal, donnant le rythme au réveil de dame nature. Je savais quel morceau jouer, un morceau que j'appréciais, le premier morceau que m'a joué mère.



*  *  *  *  *

Cela faisait déjà trop longtemps que je campais sur la rive, le feu entretenu et la nourriture grillée allait attirer la curiosité des animaux des environs. Bien que je m’entende bien avec les animaux en général, ce n’est jamais une bonne chose de familiariser les animaux à la présence humaine, le risque étant qu’ils n’aient plus peur des chasseurs, là où est le vrai danger. Petit à petit, je démontais le campement et ratissais le terrain afin d’y effacer toutes traces de mon passage. Le calme devait y régner à nouveau. La forêt se faisait de plus en plus agité ces temps-ci, quelque chose se préparait, je pouvais le sentir sans pour autant l’expliquer. L’air se faisait plus lourd, plus pesant. Il faisait plus chaud que lorsque j’étais arrivé sur la berge pour faire du camping sauvage. Ce sont les signes d’un orage qui allait faire ravage dans la région. Il vaudrait mieux pour moi que je décampe au plus vite d’ici et que je rejoigne un abri confortable pour y établir mon nouveau campement.

Ainsi, je me dirigeais lentement, mais sûrement, vers Endorial, la citée des Elfes. Pour quelle raison ? Probablement pour y trouver un havre de paix, loin de la caverne maudite. Mais pas que … La garde Zéphyr y avait établi son QG. J’avais gardé mes objectifs en tête tout au long de mon périple et je n’allais certainement pas abandonner mes rêves ! Je vouais, tout comme eux, une foi sans faille à la nature, à ce qu’elle nous procure et nous offre, sans que l’on le lui demande. Malheureusement, de part ma nature, j’en étais bien conscient, il me serait difficile d’intégrer les troupes de la garde verte. Un Lycan au milieu des Elfes et Therian … Même si je faisais autrefois parti d’une lignée respectable, ceci n’avait aucune importance lorsque la demande provient d’un gamin d’une vingtaine d’années, faisant parti d’une lignée éteinte et nullement accompagné de garde. Je n’avais aucune chance, mais ma détermination m’avait portée jusqu’à l’orée de la forêt de Sylfaën, conduit jusqu’au cœur de la forêt et maintenant, je devais me trouver à quelques jours de marche de la cité Elfique. Je me demandais si un autre Lycan tel que moi avait déjà foulé le sol d’Endorial, du moins pas contre son grés …

Comme prédis quelques heures plus tôt, il se mit à pleuvoir abondamment, recouvrant la forêt, si clair en début de journée, d’une nappe d’humidité accompagnée de vents violents. Le niveau de l’eau monta rapidement dans les petits plans d’eau aux alentours, les ruisseaux débordaient çà et là, faisant apparaître de nouveau court d’eau à des endroits insoupçonnés. Je n’avais pas prêté suffisamment attention à la pluie qui s’était intensifier, continuant ma randonné sous la pluie jusqu’à atteindre un quelconque abri. Je continuais à avancer, trempé jusqu’aux os, traversant la forêt inondée. La foudre ne tarda pas à venir jouer son horrible cacophonie, éclatant et frappant le sol entre deux grondements. L’orage était vraiment tout proche, je pouvais ressentir les vibrations sur le sol, sentir le bois brûler, la peur des animaux, la douleur de notre grande mère … Mais j’étais impuissant et spectateur d’une scène effroyable … J’étais resté pétrifié devant une tanière de loup,  réduite à néant et engloutis sous les trombes d’eau … Un arbre s’était effondré devant l’entrée de la tanière, obstruant le passage aux loups souhaitant s’y échapper, mais l’eau avait réussis à s’y engouffrer, noyant la tanière et ses habitants . J’enrageai qu’une telle malchance puisse faire autant de malheur, mais je n’y pouvais rien, une fois de plus … Ma crinière blanche s’allongea, recouvrant bientôt tout mon dos. De la même manière, ma peau fut recouverte d’un pelage blanc soyeux qui ne tarda pas à se plaquer sur mon corps avec la pluie, le rendant relativement lourd. Je voulais croire à un survivant, à l’espoir qu’il y ait encore de la vie, et pour satisfaire ma curiosité, je n’avais pu m’empêcher de prendre mon apparence raciale, plus forte que mon corps d’humain encore jeune et frêle. Je saisissais le tronc et le jetais au loin, libérant un torrent d’eau qui vint s’étaler à mes pieds accompagné des corps sans vie de quatre louveteaux et de leurs parents. Une scène qui ne manqua pas de raviver de mauvais souvenirs … Un cinquième corps vint rejoindre ses semblables inertes, allongés sur le sol, mais celui-ci paraissait tenir debout … Le petit dernier de la fratrie avait survécu miraculeusement, mais n’échappera pas à son triste destin. Privé de parents, il ne survivrait pas bien longtemps …  Le petit louveteau ne comprenait pas ce qui avait bien pu se passer, pourquoi ses frères et sœurs ne bougeaient plus. Il avait l’air sonné et perdu à la fois. Il s’était blotti contre sa mère, pensant sûrement qu’il était l’heure de dormir.

Je n’avais plus la force d’avancer et j’avais devant moi un triste repas pour me remettre d’aplomb. Les petits ne m’offriraient pas assez de viandes, mais je me voyais mal déguster les parents du petit louveteau comme ça. Je ne pouvais tout simplement pas le faire. Je me rapprochais du petit qui me fixait de ses grands yeux, tremblant de peur. Bien sûr qu’il était terrifié, sa mère venait de mourir et un étranger tentait de l’approcher. Je cherchais dans ma besace quelque chose pour l’apprivoiser, au moins qu’il ne meurt pas de faim et qu’il ne pense plus à sa famille. Je lui sortis donc un bon gros poisson que j’avais fait griller plus tôt dans la journée et lui tendis. D’abord hésitant, le petit recula un instant avant de demander conseil à sa mère, jappant comme il le pouvait sans se faire entendre puis, il se rapprocha lentement. Il renifla dans un premier temps le repas qui s’offrait à lui puis, il commença à lécher le morceau avant de le chiper dans sa gueule et de le déguster près de sa mère. Je n’avancerais pas pour le moment, il serait plus sage d’installer un campement ici en attendant que le temps se calme un peu. J’en profiterais pour faire un feu et puis …

*  *  *  *  *

J’avais réussi à installer un petit campement juste derrière la tanière du petit louveteau accompagné d’un petit feu de camp. J’avais également pris le temps de dégager la tanière et d’y mettre un peu d’ordre avant d’enterrer la petite famille au pied d’un arbre. Le louveteau m’avait observé sans bruit, se demandant probablement ce que je faisais à sa petite famille. La décomposition des corps nourrirait l’arbre au pied duquel ils étaient enterrés, je n’aurais ainsi pas à regretter de les avoir mangés devant le petit loup. Le travail terminé, la nuit tombée, je me transformais en loup afin de me joindre au petit louveteau qui hurlait sous la lune une mélodie tristement envoûtante, en hommage à ses parents et ses frères et sœurs … Je m’étais passé du repas poilu que je pensais déguster au début et l’avait troqué contre une petite soupe de champignon et d’herbe fraîchement cueillis, l’eau ne manquait pas et le petit support au-dessus du feu tenait très bien. Ça aura le mérite de me remplir le ventre convenablement pour la nuit.

Nous nous étions installés près du feu pour manger, deux petits lapins étaient en train de griller sur le feu, juste en dessous de ma soupe. Loup n’avait pas quitté la viande des yeux tout au long de sa cuisson jusqu’à ce que je lui serve. En deux trois coups de crocs, il avait englouti le lapin ce qui ne manqua pas de me faire rire. Il semblerait que je m’y sois un peu attaché, mais le regarder me suivre à droite à gauche, le voir ramener des branches quand je pars chercher du bois pour le feu. Il est curieux, c’est indéniable. Il a commencé à oublier petit à petit sa famille disparus, il s’est rattaché à moi comme si j’étais en quelques sortes sa nouvelle famille. Je ne saurais expliquer cette sensation, cette expression sur son petit minois grisâtre, mais quand il me regarde avec ses yeux ronds, je peux y lire la même peine que moi, la même douleur. Nous ne sommes pas si différents l’un de l’autre …

Lonann – Toi et moi, on est un peu pareil …

Le louveteau tourna la tête de son repas et la pencha sur le côté, comme s’il était confus.

Lonann – Tu sais que je te parle n’est-ce pas hein ? Le sourire en coin, je lui gratouillais le crâne lentement puis, accélérait lentement. Sa queue s’agitait à mon rythme, plus intensément, la langue au vent. T’aime bien ça hein ?

J’arrivais peu à peu à cerner son caractère, ses humeurs. Cela me faisait presque du bien de lui parler et j’avais l’impression qu’il me comprenait, ne serait-ce qu’un peu. Cela faisait cinq jours que nous campions, le temps pour lui qu’il se remette d’aplomb. Je ne voulais pas le laisser seul, je ne pouvais pas. Et maintenant que nous avions passé c’est quelques jours ensembles, il s’était petit à petit habitué à moi. C’était la première fois, depuis ce jour, que je me sentais aussi bien.

Lonann – Je ne t’abandonnerai pas …

Loup – Whoa !! Whoa !!

Lonann – D’où je viens ? C’est une longue histoire …

Je pris un air sérieux, plongeant mon regard dans les braises fumantes en face de moi. Loup ne me quittait pas de ces prunelles, ne perdant pas une miette du spectacle. L’atmosphère se faisait d’un coup plus lourd, plus silencieux, seuls les craquements des branches cédant sous les flammes résonnaient dans la plaine. Je lançais quelques branches sur le feu et me rasseyais plus confortablement, rembobinant ma propre histoire jusqu’à son commencement…

Lonann - Avant ça, il faut que je te dise qui je suis …

C'était il y a bien longtemps, dans les cavernes de Spelunca ... Quatre grandes familles se partageaient la partie Est du massif, de l'autre côté de la barrière de Spelunca, les vampires, eux, régnaient sur la partie Ouest. Les Lycan et les Vampires se sont toujours haïs au point de s'entretuer dés qu'ils en avaient l'occasion. Spelunca, de sa vie, à érigé une gigantesque barrière invisible séparant nos deux mondes, protégeant ainsi les deux peuples desquels il était issu. Ceci mit un terme à des années de massacre entre les deux races, qui finirent par s'oublier petit à petit. Cette histoire, c'est père qui me l'avait raconté quand j'étais plus jeune.

Lonann - Il a même donné son nom à la caverne ?

Nolann - Oui, père souffla pour la énième fois avant de reprendre, Il ne supportait pas l'idée de choisir quel camp défendre et quel camp attaquer. Il faisait parti des deux, il avait du sang de Vampire et de Loup-garou. Alors, il a séparé la caverne en deux. En dispersant son âme dans la barrière magique, celle-ci résisterait à l'épreuve du temps.

Mélynn - Sont pas beau les méchants aux grandes dents !

Nolann - Ahaha !

Lonann - J'te signal que toi aussi t'aura de grandes dents quand tu seras grande !

Mélynn - Même pas vrai !

Merryse - Bon ça suffit, ne vas pas lui dire ça Lonann, elle est encore toute petite.

Sachant parfaitement que j'avais raison et que Mélynn avait tord, je me tournais pour bouder et fis une moue qui rendit le sourire à ma petite sœur. Mère ne voulait pas lui faire peur, elle était encore trop petite pour comprendre quoi que ce soit, elle avait à peine six Hivers. Lui expliquer qu’elle aurait des petites quenottes lorsqu’elle sera un peu plus grande était vain pour le moment. A cet âge, j'étais déjà autonome. Je passais plus de temps à jalouser ma sœur qui profitait de tout un tas de choses que je ne pouvais me permettre de faire ou d'avoir à son âge. Pourtant, je n'avais que trois Hivers de plus. Père et mère avaient des obligations auprès du clan, ils étaient toujours avec d'autres personnes à discuter de la meute, du clan. J'étais bien trop petit pour comprendre ce qu'ils pouvaient bien se dire, mais je me devais d'être présent pour ces rassemblements. Père souhaitait faire de moi le futur meneur du clan, il ne l'avait jamais caché. Mais la vérité, c'est que je ne le voulais pas. Je ne voulais pas diriger d'autres personnes, leur donner des ordres, je ne voulais pas avoir toutes ces responsabilités-là sur mes épaules. Mère le savait, elle l'avait lu dans mon regard. C'est difficile de ce dire que, dans quelques années, je devrais prendre en charge l'ensemble du clan et mener celui-ci comme un vrai chef de meute, alors que les clans se font faces depuis plusieurs centaines d'années. Les rivalités entre les clans n'avaient fait qu'empirer, les conflits se multipliaient. Tantôt, on parlait de conflits stratégiques, tantôt de règlement de comptes. Je ne souhaitais pas diriger un clan vers une guerre et à cette époque, j'étais encore bien trop jeune pour comprendre ce que pouvais représenter le clan aux yeux de tous et à mes propres yeux.

Grand-pa n'était plus tout jeune, il était le doyen du clan et le dirigeait encore d'une main de fer à cent quatre Hivers. Son successeur était déjà tout trouvé, oncle bennaliv était l'aîné de la famille, il prendrait les rennes du clan à sa mort. Lui aussi était déjà âgé, si tout se passait normalement, je deviendrai chef de meute vers la trentaine. J'avais l'impression que tout était déjà tracé pour moi, que je n'avais rien à décider de ma destinée, que je ne pouvais pas décider de quelle vie je pourrais mener. Quand j'avais hurlé mon mécontentement à mère, que j'aurais préféré naître Humain, loin du clan, elle m'avait simplement giflé en me disant que même chez les humains, les clans les plus fort régnaient sur les plus faibles et que, quoi qu'il arrive, chaque clan aura toujours besoin d'un chef de meute pour les guider et leur éviter le pire. Elle ne pensait pas si bien dire ...

Des quatre clans qui vivaient dans les cavernes Est, seul deux se faisaient régulièrement face. Le clan Sonwardken souhaitait détruire la barrière de Spelunca et exterminer une bonne fois pour toute la race des Vampires. Leur politique et leur conviction étaient tellement fortes que leur mouvement avait pris de l'ampleur, leur nombre avait augmenté. Ils étaient tous plus déterminés que jamais, réalisant toutes sortes d'opérations pour empêcher les Vampires de venir tuer les nôtres, mais également des opérations pour empêcher les autres clans de s'opposer à eux en leur mettant des bâtons dans les roues. Une organisation avait vu le jour sous les traits simpliste et cruelle du clan Sonwardken : Le groupe des "Frères Loups". Ce groupe a pour but de traquer les vampires et de tous les éliminer, de rechercher nos congénères qui ont été enlevés à des fins expérimentales par les Vampires et de leur faire subir, à eux, Vampire, la même souffrance qu'ils nous ont apportée durant toutes ces années avant l'arrivée de Spelunca. Un groupe terrible composé exclusivement de Lycan de haute ligné. Je n'avais rien contre les Vampires en particulier, seulement les histoires que l'on racontait d'eux, mais je pouvais voir ce que les miens faisait de mal à nos semblables. Ces pensées ne durèrent qu'un temps, l'arrivée et la prise de pouvoir d'un grand Vampire avait bouleversé l'équilibre entre les Vampires et les Lycans à un moment où ces derniers étaient en conflits internes. Un fameux Baron de Spelunca, Vampire diabolique à l'esprit perverti et plus sombre que toute la haine du clan Sonwardken réunit. Son arrivée à Spelunca sonna le début de la fin ...

Les hauts membres, inquiets par ce nouvel arrivant aux pouvoirs incomparables, lié à la Congrégation de l'Ombre, se rassemblèrent afin d'unifier les meutes en une seule et unir leur force contre ce nouveau mal. Suite à un accord entre les clans, les quatre grandes familles ne formèrent qu'un, du moins, c'est ce qui avait été dit... On ne change pas de mentalité en claquant des doigts, les conseils en étaient conscients, mais, effrayés par un ennemi surcoté, il en avait oublié leurs pires ennemis, les clans rivaux. Le clan Sonwardken n'avait pas perdu de temps et avait pris les armes quelques jours plus tard une fois le pacte passé. Plus tard, cette prise des armes et cette bataille sanglante sera appelée la guerre des clans. Trois des quatre clans se firent fasses durant toute une nuit. C'est le souvenir de cette nuit-là qui me hante encore aujourd'hui ...

Cette nuit-là, père et mère se trouvaient dans la grande maison des Alhazred. Le conseil des quatre clans avait été un succès, unifiant les maisons en une. Mais Grand-Pa avait un mauvais pressentiment, il avait fait dépêcher la famille et avait ordonné aux gardes de protéger coûte que coûte la demeure. Le carnage avait déjà commencé, les maisons aux alentours prenaient feu. Voilà pourquoi les histoires de clan m'horripilaient.

Mélynn pleurait toutes les larmes de son corps. J'étais avec elle, à l'étage, regardant notre maison brûler. Les combats faisaient rage en bas, les corps s'empilaient les uns sur les autres, le sang ruisselait sur les chemins. J'avais l'impression d’être en plein cauchemar. Père était descendu protéger la maison du clan avec les autres guerriers encore valide. Je priais pour qu'il ne lui arrive rien. Une fenêtre avait éclatée derrière nous, le feu commençait déjà à s'étaler autour de la flèche qui s'était déposée dans la mezzanine. Les guerriers Sonwardken avaient pénétrés l'enceinte de la maison de clan. Grand-Pa avait fait sortir les femmes et les enfants par l'arrière-salle. Mélynn et moi étions terrifiés, nous ne savions pas vraiment où nous allions. Alors que les premiers à avoir empruntés le chemin de la sortie se rapprochaient de la lumière, des hurlements jaillir à l'avant de la petite troupe. Les soldats ennemis étaient en train de massacrer tout le monde et se rapprochaient dangereusement de nous. Mère serra ma main de toutes ses forces, nous emmenant vers les cris continus des femmes meurtries par la mort de leurs enfants. Plus on se rapprochait de ce monde fou à l'extérieur de la maison, et plus j'étais terrifié à l'idée de découvrir ce qui pouvait bien se passer dehors. Mère Hurla de toutes ses forces avant de prendre l'apparence d'un Loup géant se tenant sur ses pattes arrière puis, elle chargea le groupe de soldats avant de sortir en trombe de la maison. Elle nous avait pris dans ses bras. Tout ce qui se passait autour de nous, jamais ce vampire qu'ils prétendaient dangereux n'aurait fait tout ceci. Jamais il n'aurait massacré ses femmes et ses enfants. Comment pouvait-on faire une telle ignominie à son propre peuple ?


Lonann - Je m'en rends compte seulement maintenant, mais ce que j'ai vu là-bas, ça m'a vraiment changé ...

Loup - Whoâ !

Si jamais il devait arriver quelque chose de terrible au clan, nous devions nous rendre au point de rendez-vous, derrière l'autel près de chez nous. Il servait de lieu de prière, mais père avait creusé un petit passage menant à l'extérieur de la caverne, il n'y avait qu'à suivre le chemin. C'est ce qu'il répétait à chaque fois, mais jamais je n'aurai pensé devoir le prendre. Père nous avait rejoints devant l'autel, une blessure relativement profonde lui barrait le bras gauche, dégoulinant de sang. Son visage n'était pas plus rassurant et au ton de sa voix, je devinais ce qu'il s'était passé malgré mon jeune âge.

Nolann - Allez ! Prenez le tunnel et ne vous arrêtez pas !

Mélynn - Mais je veux pas partir !

Les combats se rapprochaient, entre les cris de désespoir et les lames qui s'entrechoquaient, il ne nous restait plus beaucoup de temps ... Mère se rapprocha de Mélynn, lui tendant un collier qu'elle portait avec elle tout le temps, un collier fait de pierre précieuse que l'on pouvait retrouver uniquement dans les cavernes de Spelunca. Elle le déposa autour du cou de ma sœur avant de lui dire ces quelques mots.

Merryse - Prends ceci avec toi et ne le quitte jamais, comme ça, je serai toujours avec toi. Je te protégerais et veillerais sur toi. Elle lui bisa le front, essuyant ses larmes du bout des doigts comme pour effacer une imperfection. Souris, je ne veux pas te voir triste. Tu es si radieuse quand tu souris. Mère commença elle aussi à verser quelques larmes puis, elle se tourna vers moi, plongeant son regard dans le mien. Je pouvais deviner sa souffrance et elle la mienne. Lonann ... Promets-moi une chose. Prends soin de toi et de ta sœur ! Tiens, prends ça. Mère me tendit son Frestel, instrument de musique dont elle se servait pour nous bercer moi et ma sœur. Quand tu te sentiras seul, quand la tristesse te prendra, ne t'enferme pas comme tu en as l'habitude. Joue un air de musique ... tu verras que cela te ferra énormément de bien.

Mère avait fait ses adieux, nous n'allions pas les revoir de si tôt. Je ne pouvais comprendre ça réaction, c'était comme si elle nous abandonnait. Mais parfois, nous n'avions pas d'autres choix que d'abandonner nos proches pour leur propre bien. Père, lui, ne paraissait pas touché par tout ceci. Lui aussi était fort et gardait sa peine pour lui. Mais il ne put s'empêcher de nous saisir dans ses bras, très forts! Il nous susurra à l'oreille tout ce qu'il avait sur le cœur, tout ce qu'il aurait aimé faire, tout ce qu'il aurait aimé nous apprendre ... Mais la guerre ne pardonne pas, il était temps d'y aller. Il nous relâcha aussi brusquement qu'il nous avait pris dans ses bras et me tendit son bâton. Il m'avait appris à m'en servir dés que j'étais en âge de me battre, non pas pour m'apprendre l'art de la guerre, mais pour m'apprendre à protéger ce qui comptait le plus à mes yeux.

Nolann - Tu es mon digne successeur Lonann. Il posa sa main sur mon épaule et me sourit, comme s'il était heureux à cet un instant. Je suis fier de toi ! Protège ta sœur avec ce bâton.

Lonann - Mais je ... je ne ...

Nolann - Il est transmis de père en fils, ce n'est pas pour rien. Tu as un grand cœur, tu sauras protéger les tiens avec. Maintenant, il est temps d'y aller.

L'heure des adieux fut difficile, éprouvant je dirais même. Tandis que je poussais Mélynn vers le petit passage secret, père s'en alla, retournant combattre l'ennemi. Il était parti gagner du temps, car c'était précisément ce qu'il nous manquait pour nous évader de cet enfer. Mère était restée là, veillant à ce que nous partions sain et sauf de la caverne. Spelunca n'avait certainement pas pensé que, en séparant les vampires des loups-garous, les lycans s'entretueraient pour reprendre le pouvoir et la domination du massif. Je me retournais pour rentrer à mon tour, tirant un trait sur mon enfance, mes proches, mes parents. Il n'y avait plus que moi et ma sœur. Mélynn n'avançait pas bien vite, elle était encore sous le choc du départ. C'était normal, moi aussi j'avais encore du mal à assimiler tout ça. Mais mes cauchemars me rattrapèrent et vinrent me tirer du tunnel pour me ramener à la réalité. Je pendais dés à présent par le pied, la tête à l'envers. Un immense Lycan au pelage blanc tâché de sang me tenait par la jambe et tentait d'attraper ma sœur encore dans le tunnel. Mère était à terre, la tête dégoulinant de sang. Personne ne viendrait à notre secours. Personne ne viendrait nous aider. Nous allions mourir ici, devant la porte de sortie.

Guerrier Sonwardken - Alors comme ça on essayait de ce faire la mal ? Vous ne pensiez tout de même pas vous échapper sans notre autorisation, si ?

Merryse - Lâche ... mes enfants ...

Guerrier Sonwardken - Oh ! Ce sont les tiens ? C'est pas bien de les laisser mourir tout seul.

Merryse - Ne ... les tou...che pas ...

Guerrier Sonwardken - J'ai pas bien entendu ? Tu veux quoi ? Que je les tue ?

Merryse - Ne les touche pas !!

Guerrier Sonwardken - Pas de problème, je m'exécute !

Avant même que je ne puisse réaliser ce qui se passait, le cauchemar que je faisais s'était transformé en une douleur incommensurable. Je pouvais ressentir cette souffrance, par gouttes, me tombant sur le visage ... Je n'entendais plus rien, comme si j'avais été plongé dans un monde de terreur et d'effroi. Le sol prenait vie, imprégné d'une couleur écarlate. Je ne percevais plus rien, ni le froid, ni le chaud, ni les sons. Je sentais simplement comme une boule dans mon ventre qui se serrait. Les larmes s’échappaient d'elle-même, sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. Le corps inerte de Mélynn pendait juste à côté de moi. Mère hurlait sa peine sans s'arrêter, s'égosillant de douleur.

Guerrier Sonwardken - Et bien et bien ! Je ne pensais pas que la tête d'un enfant se casserait aussi facilement qu'un œuf. C'est pas beau à voir dis donc ... Il jeta ce qui restait de Mélynn auprès de Mère qui ne pouvait rien faire à part contempler l'horreur que semait la guerre des clans. Il l'avait immobilisé en lui taillant les jambes au niveau des genoux. Maintenant, c'est à son tour, c'est ça ?

Merryse - Pourquoi ... pourquoi vous faites ça ...

Guerrier Sonwardken - Vous êtes de trop, c'est tout. On appelle ça la sélection naturelle. Il fit un pas en arrière, prenant son élan pour cogner de toutes ses forces contre la paroi rocheuse, comme il l'avait fait juste avant pour ma sœur. T'inquiètes pas petit, tu ne sentiras rien.

Merryse - Lonann NON !!

Je fermais les yeux, préférant mourir dans l'ignorance. Je ne voulais pas souffrir, de toute manière, j'étais condamné, non? Puis, après quelques secondes, je me sentis tomber. Je venais de heurter quelque chose, mais le choc ne fut pas aussi violent que je l'imaginais. Quand je les rouvris, père se tenait juste à côté de moi, son épée enfoncé dans le corps du Lycan au pelage de plus en plus rouge. Ils s'effondrèrent en même temps, tout deux avait rendu l'âme. Père s'était relevé pour me protéger. Il n'avait pas réussi à venir à temps pour ma sœur, mais ce fut suffisant pour me laisser la vie sauve. Mutilé, meurtrie, une plaie béante lui barrait le dos. Je pouvais presque voir le sol à travers sa blessure. Mère s'était rapprochée, rampant jusqu'à sa moitié et son dernier enfant, les serrant le plus fort possible. Tout deux étaient partis vers l'au-delà pour un voyage vers l'éternité.

Merryse - S'il te plaît ... Lonann ... Je vins la rejoindre, la serrant à mon tour, essuyant mes larmes sur sa veste en peau de daim. Je suis désolé ... Tu vas devoir te débrouiller tout seul ... comme un grand... Mais il ne faut pas que tu restes ici ... c'est trop dangereux... les crachats de sang se faisait plus intense et plus régulier. Part ! Maintenant !

La dernière image qui me restera en tête jusqu'à la fin de mes jours sera certainement Mère tenant dans ses bras Père et Mélynn, adossé à l'autel. On aurait presque dit qu'ils se reposaient, qu'ils faisaient une sieste. Je me retournai et empruntai le tunnel. J'avais emporté avec moi le collier de ma petite sœur. J'avais maintenant avec moi une partie de chacun d'eux. Le frestel de Mère, le collier de Mélynn et le bâton de père. Après ça, je suis resté longtemps tout seul à errer à droite à gauche dans les galeries infinies de Spelunca. Après plusieurs mois à vivre de verre et d'insecte dans les grottes, j'eu enfin trouvé la sortie, respirer l'air frais, retrouver la lumière, la sensation du vent sur la peau. J'allais maintenant découvrir la vie sans parents, la vie en tant qu'âme solitaire ou enfant perdu, je ne savais pas trop.


Lonann - J'ai passé dix longues années à vivre dans les bois à proximité du Massif de Spelunca, je ne pouvais pas partir trop loin de chez moi. On a toujours un peu de mal à quitter ses racines. Je suis retourné dans la caverne bien plus tard, je n'avais pas osé y remettre les pieds, je ne me sentais pas prêt avant ça. J'humectais mes lèvres avant de reprendre, Loup était toujours attentif, ses prunelles ambrées plongées dans mon passé. En y retournant, je découvris ce qui s'était passé, par bribes. Les corps avaient été récupérés, entassés et brûlés sur la grande place. Il ne restait personne dans le domaine Alhazred. Impossible de savoir s'il y avait eu des survivants ou non. Je ne voulais pas m'attarder plus que ça, juste de quoi récupérer quelques souvenirs et quelques affaires, même si le temps avait énormément passé depuis. Le bûcher avait laissé une grande trace de brûlé sur le sol, les maisons et les autres bâtiments avaient été laissé à l'abandon, mi-détruits, mi-brûlés. C'est là-bas que j'ai récupéré ce que je porte sur moi aujourd'hui. Je lui montrais mes vêtements et ce que m'avait offert ma famille avant de partir pour leur long voyage. Tu vois, la vie n'a pas toujours été facile, mais ruminer le passé n'a rien de sain. Il faut aller de l'avant, faire bouger les choses. Tu comprends ?

Loup - Whoa ! Whoa !

Loup s'était rapproché pour me faire une grosse léchouille bien baveuse sur le visage. Il n'avait sans doute pas tout compris, ou peut-être que si ? Mais je venais de me faire un ami, c'était certainement la chose la plus réconfortante qui m'est arrivé depuis ce jour. Loup commença à fouiner dans ma besace, sortant de ce dernier le frestel dont je lui parlais un peu plus tôt.

Lonann - Tu veux que je joue un morceau ?
Loup et moi-même entamions une douce mélodie qui berça la plaine dans un sommeil profond, très profond …



 

Jeune loup en quête de savoir et de maîtrise, le désir de parcourir le continent, je souhaiterais pouvoir entreprendre une grande aventure et pourquoi pas visiter chaque région de Dùralas. Apprendre les coutumes de chacun et se les approprier, élargir mes connaissances culturelles. Tout cela ce sont de grands rêves auxquels j’aspire vraiment. Je suis curieux de nature et j’aime voyager. Mais j’aimerais également protéger la nature tout comme elle a prit soin de moi durant toutes ces années. M’engager pour cette cause serait donc plutôt un objectif que je m’étais fixé en entrant dans la garde Zéphyr par exemple, ou bien en donnant naissance à une nouvelle organisation pour la protection de la faune et la flore dans le continent.


   

DC de Garràn Clin d'oeil avec 3 ans de plus ^^’


Dernière édition par Lonann Alhazred le Ven 19 Oct 2018 - 19:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 2065
Expérience : 3565
Féminin Âge RP : 26

Politique : 161
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4323/4323  (4323/4323)
Vitesse: 1298
Dégâts: 2335

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 5 Juil 2018 - 1:38

Bienvenue à ton DC Garràn ! Ou devrais-je dire Lonann Sourire

Je dois dire que j'ai hâte de découvrir ton histoire, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce que tu as déjà écrit. C'est très joliment rédigé, tes descriptions sont très fines et tu décris avec beaucoup de poésie, de naturel et de beauté.
J'apprécie particulièrement ce bel éloge à la faune et la flore, ce calme et cette sérénité. J'espère vivement que tu rejoindras la GZ, tu serais une recrue idéale !
Il demeure quelques fautes ou maladresses, mais dans l'ensemble c'est très bien.

Le style de l'écriture change de Garràn, j'avoue préférer ce personnage (bon ok pas étonnant de ma part...), bravo d'exprimer ainsi cette différence.
Pugiliste est un super choix (je comprends ta petite déception étant donné l'autre Pugiliste présentée le même jour et aussi dans une ambiance naturelle), très peu représenté ! J'ai hâte de voir quel style tu choisiras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1224
Expérience : 2372
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 72
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3460/3460  (3460/3460)
Vitesse: -18
Dégâts: 2396

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 5 Juil 2018 - 6:52

Et bien et bien, chouette DC mon petit Garràn! Je sens une vague de renouveau pour la GZ, c'est plaisant à voir Sourire
Hâte de pouvoir lire l'histoire de ton loup garou yogi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 5 Juil 2018 - 12:18

Merci bien Moha Clin d'oeil
Je me suis un peu cassé la tête au début sur un autre personnage, mais le BG derrière était beaucoup trop important à développer et je me sentais pas encore capable de me pencher sur un aussi gros projet ^^' Peut-être plus tard Clin d'oeil

Je voulais quelque chose de différent de Garràn (caractère, idéaux, etc ...), malheureusement je n'ai pas réussi à adopter la description à la 3e personne --' J'ai passé du temps là-dessus, mais je peine encore à faire un récit à la 3e personne. Je pense que le TC sera le bon, mais pour le moment on va se concentrer sur quelques chose de plus soft ^^'

En tout cas, ça fait plaisir que le concept de ce DC plaise ^^'
Merci beaucoup Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5053
Expérience : 4209
Masculin Âge RP : 34

Politique : 219
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Ven 6 Juil 2018 - 22:52

Rebonjour Lonnan et rebienvenue dans le monde de Dùralas ! :dragon:

Un autre loup blanc ? Pourrait-on faire une coalition avec @Ragnör Lüpusànghrën :garou: .

Plus sérieusement "Pugiliste" est un super choix, tout comme la race, et les ambitions qui se précisent. Deux arrivants dans la même journée qui choisissent pugiliste et Garde Zéphyr ? Vraiment ça peut être très intéressant.

Je suis très curieux de voir quelle va être votre façon de jouer la classe pugiliste, avec ton personnage et celui de Shaoni. Clin d'oeil

Concernant ta présentation, on sent que tu as fait des efforts pour pondre quelque chose de vraiment personnalisé et original. Donc je te souhaite bon courage pour la terminer, je reviendrai lorsque ton histoire sera terminée. Tout content

PS : par contre c'est vraiment bizarre que tu n'arrives pas écrire à la troisième personne.. Moi c'est l'inverse, j'ai du mal avec la première personne :')






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Lun 30 Juil 2018 - 21:22

Je reviens vous tenir au jus !

La rédac' est en cours, je dirais à 50% faites, quelques projets annexes vont voir le jour plus ou moins en même temps, pour ça que je mets un peu plus de temps ^^'

Pardonnez-moi , Damn ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 2065
Expérience : 3565
Féminin Âge RP : 26

Politique : 161
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4323/4323  (4323/4323)
Vitesse: 1298
Dégâts: 2335

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mar 31 Juil 2018 - 3:23

Prend tout ton temps, mieux vaut que tu te donnes le temps de bien tout écrire, que de faire vite fait bien fait Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Equinoxe
Scrutateur des Ténèbres

avatar

Messages : 558
Expérience : 2175
Masculin Âge RP : 29

Politique : 28
Métier : Mineur - Maître Absolu
Titres:
 

(Vallon, compagnon d Equinoxe +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
2590/2590  (2590/2590)
Vitesse: 252
Dégâts: 2031

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mar 31 Juil 2018 - 11:59

Hi , j'arrive un peu en retard mais j'étais sur d'autres projets et je voulais profiter du matin avec une tasse pour lire, surtout que c'est vraiment bien écrit : très poétique et multi-détails sur la nature.
Cela me rappel un livre dans lequel un homme est transformé en renard, et toute la nature s'ouvre à lui (une rédécouverte du monde qui l'entoure), avec les odeurs, les bruits, la façon de marcher, le marquage de territoire, bref un très bon livre.

N'hésite pas à sauter des lignes dans ton histoire, après cela concerne que moi mais j'ai dû mal à lire quand ce n'est qu'un bloc. (là ça passe encore ^^)

En tout cas, hâte de voir comment la classe pugiliste va être joué. Cela promet d'être intéressant.
Prend ton temps pour finir, et je lirais surement le reste un bon matin également, sur mon transat Sourire

Et oui......SAVE BAMBI !!!! :ange1:





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 669
Expérience : 1892
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 43
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 1031
Dégâts: 1121

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mar 31 Juil 2018 - 12:08

Mdr bien vue XD
T'inquiète pas, je me ferai une joie de le rendre plus attractif que jamais !
(A savoir que je n'ai pas d'odorat, alors pour tout ce qui est description olfactif, bas je demande concertation à mon frangin ^^')

P.S : Flemme de me connecter avec Lonnan, clairement ^^'






Duel : N°1  - N°2 - N°3

RP en cours : - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mer 5 Sep 2018 - 23:27

Plop !
Enfin terminé ! Mais j'aimerai encore travailler deux trois trucs, du style comment intégrer une musique à l'histoire ?

Sinon, j'attends vos retours, allez-y allez-y Tout content
Je me ferai un plaisir de lire attentivement vos commentaire kokin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1224
Expérience : 2372
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 72
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3460/3460  (3460/3460)
Vitesse: -18
Dégâts: 2396

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 6 Sep 2018 - 1:20

J'ai tout lu et chapeau l'artiste, tu as acquis une belle plume au fil des ans! Tu fais encore des fautes, peut être liées à l'inattention et à la taille du texte, mais attention quand même ("soiffe" se dit "soif" par exemple).
Sinon l'histoire est vraiment touchante, et on s'y plonge dedans avec joie. Le lien que tu as avec la nature est intéressant également, et celui que tu as avec Loup aussi. Ca me fait penser à un livre dont mon ex m'avait parlé, avec un jeune héros qui se baladait avec son loup qui s'appelait Loup, je n'arrive plus a mettre le nom dessus (je me souviens juste qu'il y a Chroniques dedans) mais peut être y a-t'il une inspiration?)

Du coup rebienvenue à toi, et hâte de voir ce que va donner ton DC déjà bien écrit Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 669
Expérience : 1892
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 43
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 1031
Dégâts: 1121

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 6 Sep 2018 - 11:25

Effectivement, Je me doutais que certaines fautes allaient me passer sous le nez, surtout pour ce genre d'inattention ^^'
Mais même les correcteurs et la relecture ne permettent pas de retirer toutes les fautes d'un texte. Je le ferai relire par je-sais-qui, normalement, l'histoire devrait être bien épuré à la suite de cette ultime relecture Tout content

Et tu as tout à fait raison, je me suis plus ou moins inspiré d'un de mes romans favoris qui s'appelle ni plus ni moins Frère de loup : Chronique des temps obscures Clin d'oeil (Petite Pub au passage : Un livre d'aventure enfantin que je vous conseil tout de même, au moins pour les paysages visités et les coutumes rencontrés par le protagoniste Tout content)
Mais le côté tragique ne vient pas de ce roman, simplement le lien entre Loup et Lonann Clin d'oeil

P.S: Je ne peux pas répondre avec Lonann quand je suis au bureau, il me manque le haut de page du forum, ce qui m'empêche de changer de compte ^^' c'est dû à l'ancienneté de mon pc, inchangeable donc.






Duel : N°1  - N°2 - N°3

RP en cours : - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Equinoxe
Scrutateur des Ténèbres

avatar

Messages : 558
Expérience : 2175
Masculin Âge RP : 29

Politique : 28
Métier : Mineur - Maître Absolu
Titres:
 

(Vallon, compagnon d Equinoxe +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
2590/2590  (2590/2590)
Vitesse: 252
Dégâts: 2031

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 6 Sep 2018 - 17:32

Ouah! C'est assez long, je m'arrête un peu là ; je lirais en plusieurs fois. Je déteste lire les choses d'un trait.

C'est très riche, et très plaisant à lire (malgré parfois des petites fautes une"matinée" par exemple) ; mais moi-même j'en fais sans le vouloir, en même temps plus on écrit et plus c'est difficile de ne pas en faire.
Il me semble qu'il y a une incohérence un moment, tu dis que la mère loup meurt et ensuite le jeune lui demande conseil.
Et certains mots me dérangent l'ex avec"camping" (un peu trop moderne à mon goût)=> campement.

Mis à part ;
J'adore les récits avec autant de détails, sur les odeurs, sur ce qu'il ressent, sur la pluie qui lui tombe dessus. Ton DC diverge avec Garràn, tout comme moi et c'est intéressant de tester deux façettes.

N'hésite surtout pas à écrire comme cela dans les Rps.
Bravo pour ce nouveau croc blanc, il s'intègre bien dans l'univers de Dùralas.
Je lirais la suite, un matin. Cette histoire de loup m'a donné envie de regarder les enfants loups.
    Donc welcome young wolf!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Jeu 6 Sep 2018 - 18:20

Merci Clin d'oeil
Alors, non justement, ce n'est pas une incohérance, mais plutot une question d'interprétation vis a vis de Loup et de sa mère Clin d'oeil
Le fait qu'elle soit sans vie n'empêche pas loup de lui demander conseil, elle ne répondra simplement pas, c'est sur ce point que je m'appui en fait ^^'
Je reprendrais les fautes que vous me signalerez, je ferai une nouvelle relecture après quelques com en plus Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5053
Expérience : 4209
Masculin Âge RP : 34

Politique : 219
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Lun 10 Sep 2018 - 16:28

Wouah, wouah, wouah. Je n'ai pas eu le temps de te re-souhaiter la bienvenue depuis la fin de ta présentation, c'est désormais chose faite !

Lonnan est vraiment très très intéressant. On sent que tu y as mis du cœur à l'ouvrage. Le personnage se veut complètement à l'opposé de ton premier compte. Il est plus travaillé et on sent un réel effort sur les textes.

J'ai beaucoup aimé ton histoire. Alors certes il y a des erreurs qui s'y sont glissées, comme "prédis" au lieu de "prédit", "citée elfique" au lieu de "cité elfique", ou quelques fautes d'accord, mais ça n'entâche pas le récit !

De plus j'approuve le combo lycan + garde zéphyr + pugiliste qui risque de faire des merveilles !

Je te pré-valide en activant ta feuille de personnage. Il n'y aura plus qu'à attendre l'arrivée de @Le Tribun Clin d'oeil






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 669
Expérience : 1892
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 43
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 1031
Dégâts: 1121

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Lun 10 Sep 2018 - 17:25

Merci :keur:
Le meiux de pouvoir diversifier le BG de Dùralas Sourire
Comme dit plus haut, en effet, plusieurs fautes sont passées à travers les diverses correction, mais je ferais en sorte de réduire le tout Clin d'oeil
Par plaisir de le voir propre et pour toutes futures lecture de l'histoire Tout content
Ce personnage ce veut plus ambitieux que Garràn, une nouvelle expérience Clin d'oeil






Duel : N°1  - N°2 - N°3

RP en cours : - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tribun
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 209
Expérience : 194
Masculin
Crédits de l'avatar :
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mar 18 Sep 2018 - 20:37

Bienvenue à ce personnage Sourire
Par contre, espèce de malade, j'ai failli pleurer :'(

Tiens, voilà tes 30 dollars !

« Alors c'est comme ça qu'on fait ? »
L'apprentissage ne s'arrête jamais, mais c'est pour la bonne cause !
+20 points d'expérience
« Faits d'armes »
Il faut bien entendu une arme pour survivre dans ce monde.
+1 arme T2
> Tonfa en bois (8 dégâts ; +4 vitalité ; -20 vitesse) <
« Ça me rappelle ma jeunesse... »
Tu as été préparé à toutes sortes de choses et tu as reçu une importante éducation.
+40 points d'expérience
« Prudence... »
Toujours user de prudence pour survivre.
+1 casque T1
> Casque rouillé (+5 vitalité) <
« Bottes puantes ! »
Tes petites bottines qui t'ont emmené jusqu'à Sylfaën ne vont pas te lâcher.
Bottes en cuir (+36 vitesse)
« Chance du débutant »
On dit que cette dent apporte chance et richesse à celui qui la tient entre ses doigts.
Dent de loup [Porte-bonheur] : double le gain de pièces d'or (50 maximum) à la fin du combat. Se casse après utilisation.

* TOTAL *
* 160 points d'expérience
* 20 pièces d'or
* Tonfa en bois (8, +4, v-20)
* Casque rouillé (+5)
* Bottes en cuir (v+36)
* Dent de loup [Porte-bonheur] : double le gain de pièces d'or (50 maximum) à la fin du combat. Se casse après utilisation.

Bonne protection de la nature dùralassienne !




Je suis en charge de chaque nouveau venu, je m'occupe de leur insertion dans le monde de Dùralas. Je suis celui qui va "évaluer" vos fiches de présentation. Si vous avez la moindre question, besoin du moindre conseil, n'hésitez pas à me contacter via Dougal Keane, mon compte principal.
Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonann Alhazred
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 40
Expérience : 276
Masculin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mar 18 Sep 2018 - 22:19

Yoohoo !
Merci monsieur l'tribun !
Je m'envais de ce pas protéger ce qui m'est le plus chèr, la nature ...

Whôa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 2065
Expérience : 3565
Féminin Âge RP : 26

Politique : 161
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4323/4323  (4323/4323)
Vitesse: 1298
Dégâts: 2335

MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   Mer 19 Sep 2018 - 2:00

Ta fiche est validée petit loup, tu peux enfin RP Tout content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le croc blanc de Dùralas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le croc blanc de Dùralas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La famille se reconstitu... [PV Eclat d'argent et Croc de Nuit ]
» Croc de l'oubli [Arme Magique] REFUSE
» [Organisation indépendante]Ordre du Croc Noir.
» Attaque Croc/Poing élémentaire
» Croc rasoir et Pierre ovale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Présentations validées :: Personnages actifs-