AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Noctula Kalâal
Le Monde de Dùralas a précisément 3377 jours !
Dùralas, le Sam 28 Jan 2023 - 12:14
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
-42%
Le deal à ne pas rater :
Lit cabane enfant ELIAH – 90 x 190 cm – Bois pin massif
69.99 € 119.99 €
Voir le deal

 

 Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+16
Ziggy Zolero
Rowtag
Doppel
Laina
Juviel Eterna
Lyra Yelfaren
Garràn
Baldwin Nuussian
Uma Despina
Thurg'naz
Mjöll
Ka-In
Bladr
Moradund Marteau-de-Fer
Dilon Deraborne
Le Marchand
20 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Rowtag
Illusionniste

Rowtag

Messages : 318
Expérience : 2121
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101529/1529Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1529/1529)
Vitesse: 1117
Dégâts: 1299

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyLun 5 Avr 2021 - 15:59
Séparation du contenu
Après la course-poursuite des gredins ayant conduite à une escarmouche efficace et couronnée de succès, la boutique de Ran semblait être plus en sécurité. Au moins les deux amis parvenaient à ne pas trop attirer les ennuis et ils espéraient que les choses restent comme telles, quand bien même les bas-fonds avaient pour tradition le vandalisme et la castagne.

Comme il avait encore un peu de temps avant de reprendre ses activités de battage de fesse, Rowtag était de retour chez son ami pour de nouvelles confections. En effet, son ceste fabriqué précédemment avait fait ses preuves et l'avait totalement convaincu. Cette arme avait tout ce qu'il fallait pour ses loisirs lucratifs : une totale discrétion et surtout, une douleur atroce pour ses victimes. Car si des armes étaient faites pour protéger, chasser, tuer ou encore bloquer, celle-ci n'avait que pour but la souffrance, et le cornu devait admettre qu'il s'agissait d'un moyen diablement efficace de soutirer des informations et de dissuader. Avec elle, il pouvait aussi espérer faire mordre la poussière à quelques solides adversaires d'arènes...

Il s'affaira donc à déposer le minerai dans la cuve pour le faire fondre dans le foyer. Assez vite, le matériau prit une teinte rougie comme une fraise, puis vira à l'orange et au citron pour finalement se répandre dans le récipient comme de la pâte à crêpe. Entreprenant une purification du liquide en fusion, Rowtag avait déjà un moule grossier de la forme voulue si bien qu'il passa directement à l'étape suivante. Mais, pour achever le nettoyage de la substance, il récita un ancien psaume en l'honneur de Lagmarù. Il se souvint que les forgerons du Village avaient pour coutume de prier ce dieu lors de leurs créations. Et au vue du résultat de l'artisanat djöllfulin -seules les armes de Tungstène pourraient y être comparées ?- nuls doutes que leur foi au trithéisme portait ses fruits, en plus de leur savoir-faire ancestral.

Le cornu martela, près d'une heure durant, pour obtenir la si petite et fine forme des deux futurs cestes. La complexité de la courbe de l'objet, surtout là où se déposaient les phalanges, relevait d'un autre niveau que les simples dagues qu'il forgeait il y a peu. Au bout d'efforts et de persévérance, il parvint à plier le métal à sa volonté. L'homme bondit comme un chat fougueux en voyant les pièces presque terminées.

-Voilà quelque chose de plus efficace qu'un coin de table ! se dit-il avant de passer aux finitions.

[Fabrication de 2 Cestivals, avec les derniers achats effectués à l'HDV + Quête liste de mot Merci Clin d'oeil]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyJeu 13 Mai 2021 - 3:03
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Rowtag fabrique x2 Cestival et gagne 10 points de métier.
Ainsi que 5 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Tu passes compagnon et tu gagnes 500 PO en terminant la liste de mots.

Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Illusionniste

Rowtag

Messages : 318
Expérience : 2121
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101529/1529Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1529/1529)
Vitesse: 1117
Dégâts: 1299

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 10 Juil 2021 - 11:12
Séparation du contenu
Une petite routine prenait s'installait à la boutique de Ran. L'elfe noir accueillait ses clients peu scrupuleux ou désespérés d'être soigné. Il était frappant de voir que les bas-fonds recelait bien plus de misère que de criminalité et l'apothicaire ne pouvait simplement pas laisser ces personnes démunis et en totale détresse mourir de la sorte. Lorsqu'il s'était installé ici, il n'avait pas pour ambition de se tailler un bon nom en aidant la veuve et l'orphelin, mais maintenant qu'il y était il aurait été malhonnête de ne rien voir.

La situation irritait également Rowtag qui passait beaucoup de temps à la forge de l'arrière-boutique. Voir ce désespoir défiler tout les jours sous ses yeux ne faisait que nourrir la haine qu'il portait à la bourgeoisie. Contenir sa frustration était difficile mais nécessaire dans ce cas, il savait qu'il ne pouvait pas changer le monde à lui tout seul, en un claquement de doigts. Ainsi s'attela le cornu pour une nouvelle fabrication, avec pour dessein de pourfendre un jour les profiteurs de la pyramide sociale.

L'idéaliste voulait une arme meurtrière cette fois-ci. Il travailla le minerai pour en révéler une fine forme longiligne qui devint une lame capable de transpercer l'intégralité d'un corps. Légèrement courbée en une forme serpentine, son passage dans la chair ne pouvait que laisser des traces d'autant que son extrémité se terminait par deux petites pointes en crochets servant à déchiqueter. La garde était quant à elle quasiment inexistante, d'une part afin d'alléger le poids de la pièce, d'autre part car elle ne servait pas à se défendre mais à attaquer. Le cornu utilisa ensuite du cuir de crocodile pour orner la poigne et la rendre plus facile à agripper, les interstices entre les écailles assurant une prise ferme et agréable.

Vint le moment tant attendu de l'essai. Là, rendu devant un mannequin de paille, le djöllfulin fit tourbillonner son dernier ouvrage dans l'air. Les moulinets cessèrent ensuite et laissèrent place à une déambulation dans l'espace. Satisfait de la légèreté de l'arme, il se jeta sur les fétus dans un geste zigzaguant, embrocha la matière végétale.

C'est la vipère véloce, elle envenime et vainc sa victime.

[Fabrication d'1 épée reptilienne, réalisation de la quête Première fabrication de compagnon, merci beaucoup !]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyDim 18 Juil 2021 - 21:37
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Rowtag fabrique Épée Reptilienne et gagne 5 points métier.
Rowtag gagne aussi 5 points métier.

Informations complémentaires : Bon RP de fabrication.
Félicitations, tu passes au niveau Compagnon !
Réalisation de la quête Première récolte de compagnon et récupération des récompenses suivantes : x1 Essence sylvestre, x1 Minerai d'adamantium et 20 points d'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Baldwin Nuussian
Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes

Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes
Baldwin Nuussian

Messages : 823
Expérience : 4055
Masculin Âge RP : 24 ans

Politique : 254
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:

(Athear, hippogriffe de Baldwin [Modifié] +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102879/2879Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2879/2879)
Vitesse: 919
Dégâts: 3770

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyDim 25 Juil 2021 - 17:05
Séparation du contenu
Il était de bon matin lorsque Baldwin pénétra dans la grande forge de Stellaraë, habillé de ses habits de travail sombres. Ce n'était que la deuxième fois qu'il venait par ici, préférant forger auprès de Halln à Kastalinn afin de profiter de ses conseils, mais il n'avait pas le temps de se permettre un voyage. Désormais, il était un forgeron émérite au même niveau que le nordique, et il pouvait se permettre de forger ailleurs selon les besoins. En l’occurrence, il s'agissait d'une commande globale de la Guilde Marchande, qui allait lui permettre de s'entraîner avec de nouvelles armes. Il souhaitait aussi en améliorer une en sa possession, afin de la rendre encore plus redoutable. En résumé, il avait du travail et il lui faudra certainement plusieurs jours pour en venir à bout.

Sa première création allait être un cestrum, un gant de combat basique mais néanmoins efficace, apprécié notamment par les pugilistes. Il fallait faire en sorte de combiner efficacement le cuir de sanglier et le fer afin d'en faire une arme et une protection solide, agréable et confortable à porter, sans entraver les mouvements de son porteur. Un travail paraissant visuellement simple, mais ne l'étant pas du tout. Choisissant l'un des nombreux ateliers encore vides à cette heure de la matinée, il mit à fondre les minerais et s'occupa aussitôt du cuir. Il avait son idée bien en tête : une sorte de brassard intégrant un canon d'avant-bras, se prolongeant jusque sur le dessus de la main et la moitié supérieur des doigts, laissant le reste nu et maintenu fermement par des sangles. Il intégrerait également des plaques de fer à ces niveaux, renforçant doublement là où l'impact d'un coup-de-poing se faisait le plus ressentir, pour plus de puissance.

Au final, ce premier exercice d'échauffement lui prit seulement la matinée. Une fois le métal bien chaud, il le battit et le découpa pour en faire de belles plaques de deux millimètres d'épaisseur environ, arrondissant les bords pour qu'ils ne tranchent pas le cuir en dessous et pour un petit effet de style, puis fit des petits trous à intervalle régulier afin de les riveter directement dans le cuir, avant de finaliser son brassard simple. Le jeune stryge jaugea le résultat et le passa à sa main pour l'essayer, très content de son rendu, du confort et du pratique de ce ceste. Avec de la chance, il fera un heureux. Il était désormais temps de passer à l'arme suivante, après un petit repas.

Celle-ci portait le drôle de nom de hache Téhacrer'Dï. Qui l'avait nommé ainsi ? C'était une bonne question, mais ce qui intéressait actuellement le maître d'armes était sa création. Il étala tous les matériaux nécessaires et réfléchit à leur utilisation. L'os doré, pour commencer, allait servir directement en poudre lors des coups de marteaux, afin de renforcer le métal grâce à ses propriétés. Il appréciait l'utiliser ainsi depuis ses débuts. Ensuite, le cuir de crocodile serait une bonne poignée solide sur le bois de sureau en guise de manche, afin de renforcer sa prise et de donner des coups plus puissants. Enfin, il utiliserait la corne de rhinocéros comme pique de guerre à l'opposé du côté hache, afin de donner une deuxième option à l'arme. La forte résistance naturelle de cet élément devrait la rendre solide et mortelle.

En fin d'après-midi, la hache était totalement prête. Le Capitaine avait dû se battre avec le métal afin d'y intégrer la corne de façon à ce qu'elle ne bouge aucunement, quoi qu'il arrive, tout en pouvant y passer le manche et finaliser le tout. Le fer de hache, compensant sa taille plutôt réduite par une bonne épaisseur et un excellent tranchant, avait un léger éclat doré à la lumière des flammes grâce à l'os l'ayant saupoudré, ajouté à une petite gravure en forme d'aile en plein milieu. Satisfait, le Purificateur fit quelques moulinets pour tester son équilibre et la prise de la poignée, puis sourit avant de la ranger avec le cestrum et de rentrer dans ses quartiers, à la Tour Stellaroïse.

...

Le lendemain, il était de retour dans les forges, reposé et toujours motivé. Cette fois-ci, il allait fabriquer un buffléo, un fléau d'armes utilisant des matériaux de rhinocéros, de l'argent et du bois de sapin pour le manche. Il était habitué à forger ce genre d'arme, car, en effet, il avait déjà à son actif une fléosse doray, un fléau d'Angmar, ainsi que deux fléaux Frande, et il devrait grâce à ça être plus rapide. L'argent était un métal assez '' mou '', de ce fait la tête risquerait de se déformer au fil des coups envoyés. Pour palier à ce problème, il allait la recouvrir de la peau cuirassée, très dure et résistante, qu'il devra d'ailleurs travailler à coups de marteau. Quant à la corne, elle aura la même utilité que pour la hache de la veille, mais cette fois-ci intégrée solidement au bout du manche, de façon à pouvoir frapper et faire du dégâts même en empêchant les chaînes de bouger. Le résultat final sera donc plus '' sauvage '' que d'habitude, mais l'arme devrait tout de même être très dangereuse.

Tandis que les minerais d'argent chauffaient, ce qui allait très vite, le Gardien tailla le manche et prépara l'intégration de la corne d'un côté, ainsi que du premier maillon de la chaîne de l'autre. C'étaient ces fameux maillons qui allaient lui prendre le plus de temps, forgés un par un, assez épais et résistants pour ne pas s'ouvrir sous le poids de la masse. Une fois ceci fait, il forma une simple boule avec le reste du métal et plaça la peau très épaisse dessus, avant de rejouer du marteau avec force. Il ne fallait pas lésiner sur les moyens pour l'aplatir sur toute la surface à recouvrir, encore moins que Baldwin ne le pensait, elle ne gardait même pas traces des chocs pour attester. Soupirant, passant le dos de sa main sur son front ruisselant, il avait enfin fini, plus rien ne pourrait bouger en l'état. Assemblant enfin les différentes parties, il vérifia la solidité du nouveau fléau, le poids et l'équilibrage, et hocha la tête avec un nouveau sourire. Il était finalement déjà le début d'après-midi, mais il n'en avait que faire, il finirait ce pour quoi il était venu.

Heureusement que la chaleur en ville était plus agréable que celle du désert alentours, car sinon il ne serait vraiment pas tenable dans les forges. Celle de Halln lui manquait, pour le coup. Il aimait avoir la forge complètement à l'extérieur, avec des murs à mi-hauteur seulement, et ainsi profiter régulièrement des bonnes brises fraîches du Nord qui lui faisait le plus grand bien. Il s'essuya le visage et sortit les matériaux suivant sans même prendre la peine de manger, il n'avait de toute façon pas faim, trop concentrer sur ses actions. De l'or, du diamant, du bois de baobab, un peu de fer, et surtout une fiole d'air élémentaire, c'était le nécessaire pour forger l'Heavy lance de Girardot, et pas de la petite qualité.

Le Dragonnier avait une petite idée sur comment il allait utiliser l'air, car on pourrait facilement se poser la question. La meilleure chose à faire pour lui était de l'utiliser sur les minerais en train de cuire, en l’occurrence ça sera le diamant, et les flammes à même le fourneau, pour les attiser et imprégner le tout de sa magie. Le baobab servira bien sûr de manche, alors que le fer fera un poids au bout de celui-ci, permettant également de frapper de ce côté. Le diamant, quant à lui, formera le cœur incassable de la grande pointe, qu'il créera longue et effilée, recouvert d'or sauf au niveau des tranchants et de la pointe, afin de bénéficier au maximum des qualités du diamant. Cela devrait faire profiter la lame d'un joli effet visuel pour l'allure, en bonus.

Maintenant que son plan était en place, il ajouta le combustible spécial dans le feu afin de le rendre capable de travailler même le diamant, et se lança à fond dans sa création. Les coups de marteaux résonnaient, on entendait bientôt plus que les siens au fur et à mesure que la soirée arrivait, et tous les composants faisaient leur office. L'air élémentaire avait fonctionné comme il le souhaitait, restant quelque temps dans le four à faire son office avant de s'évaporer, et l'or s'était bien incrusté avec le diamant pour une efficacité maximale. Il monta finalement le tout, vérifia la résistance, et profita d'être quasiment seul pour effectuer des mouvements avec. La lance était sa deuxième arme favorite, il aimait les techniques et les utilisations qu'elle lui offrait, en plus de pouvoir l'utiliser sur le dos d'Athear, alors c'était un plaisir de la manier. Très content, il attrapa le sac contenant ses trois autres armes et rentra. Il était trop tard pour s'attaquer à sa dernière pièce, il attendra donc le lendemain pour le faire et ira ensuite à l’hôtel des ventes remplir cette fameuse commande.

...

Cette fois-ci, il arriva plus tranquillement, en début d'après-midi, sur le lieu de travail. Il n'avait plus qu'une chose à faire pour le moment, même si c'était la plus importante de toute. En effet, à sa ceinture pendait l'une de ses propres armes, et pas la moindre. Il s'agissait du légendaire fléau d'armagyar, obtenu en récompense de la victoire de son groupe sur la chimère, à Endorial, même si c'était au prix d'un triste sacrifice... Cette arme était très puissante et incassable, peut-être forgée par Tungstène lui-même dans les meilleurs minerais et avec la meilleure magie qui soient. Sa masse ornementée était garnie de pointes redoutables, dont Baldwin se demandait ce qu'elles ne pourraient pas transpercer, et qui avaient la particularité de chauffer naturellement pendant le combat. Plus celui-ci durait, plus elles augmentaient en température et devenaient encore plus dangereux, passant à la couleur rouge, et même jusqu'au jaune, sans jamais se déformer ou se briser pour autant. C'était le rêve pour tout maître d'armes qui se respectaient, d'autant plus que cette arme renforçait son porteur...

Tout cela ne faisait que rendre la tache plus délicate pour le jeune stryge. Son but n'était pas moins que de l'améliorer, afin d'optimiser au maximum son potentiel. Seulement, il fallait savoir comment s'y prendre avec une arme de ce calibre, il avait peur de la dégrader s'il s'y prenait mal. Pour cette raison, il avait éliminé d'office tout ce qui incluait du sertissage de pierres. Il était hors de question de creuser et de transformer visuellement ce fléau. Le Capitaine avait donc opté pour de l'essence sylvestre qu'il avait réussi à se procurer. Son lien à la magie devrait lui permettre de pénétrer le métal possédant ce même lien-ci, avec un peu d'aide de sa part, et de renforcer le tout sans dénaturer ou risquer pire. Ainsi, il n'aurait même pas de coup de marteau à donner non plus, ce qui lui convenait parfaitement.

Dégainant son fléau, il l'observa sur toutes les coutures. Il possédait deux essences, ou plutôt deux solutions liquides qu'il avait fait fabriquer par un alchimiste à partir d'eux, afin de pouvoir recouvrir facilement une surface sans rien perdre de leur effet. Toutes les deux seront utilisées, mais à deux endroits différents pour maximiser les effets. Il finit par choisir tout simplement la tête et le manche, ce qui infligeait les dégâts et qui était sûrement le centre du pouvoir de l'arme, et le lien entre elle et son porteur, lui-même. Ainsi décidé, il se jeta à l'eau.

Même s'il ne voulait pas donner de coup de marteau ou quoi que ce soit d'autre dessus, le jeune Nuussian osa tout de même faire chauffer son équipement. Il commença par le manche, ainsi, ça serait en quelque sorte '' moins grave '' si le pire devait arriver. Son idée était de le chauffer au rouge, puis de vider un flacon de solution d'essence sylvestre dessus de façon à tout recouvrir, afin de faire comme une petite trempe, l'aidant à s'imprégner et à se renforcer magiquement. Aussitôt, le métal se refroidit et une légère lueur verdâtre s'en dégagea pendant quelques secondes, avant de s'estomper et de disparaître doucement. Le Purificateur attrapa alors le manche et le détailla, ne remarquant aucune anomalie ni aucun autre problème possible, l'amélioration semblait avoir fonctionné parfaitement bien, pour son plus grand bonheur.

Sans plus tarder, emballé, il mit à chauffer la tête, cette fois-ci, puis réitéra son action, tournant la masse pointue au fur et à mesure qu'il versait le contenu de la fiole. La même lueur se présenta et repartit à l'identique, lui donnant un grand sourire. Rien ne semblait avoir été affecté en mal par son action. En vérité, rien ne semblait avoir changé tout court, mais il savait que ce n'était pas vrai, seulement que ça se passait au cœur même du fléau. Il se mit à l’écart pour ne blesser personne, et fit quelques mouvements habitués avec, le faisant tournoyer, mimant le geste de frapper la tête d'une cible invisible. Les pointes semblaient rougeoyer plus vite, plus intensément. Même si c'était léger, il pouvait voir et ressentir la différence. Très fier et rempli d'excitation, pressé de la tester, il la rengaina dans son baudrier, attrapa le sac contenant ses créations ainsi que la lance sur le côté, et partit en direction de l'hôtel des ventes, pensant à son prochain combat.



[Création d'un Cestrum, d'une hache Téhacrer'Dï, d'un buffléo et de L'Heavy lance de Girardot, à mettre dans le sac, plus l'amélioration du fléau d'armagyar en utilisant deux essences sylvestres, merci !]




Forge des forgerons - Page 10 Drapea12Forge des forgerons - Page 10 Baldwi12Forge des forgerons - Page 10 Drapea10

Le monde ne demande qu'à être exploré, et le savoir acquis...

Forge des forgerons - Page 10 Rp_110Forge des forgerons - Page 10 Rp_213Forge des forgerons - Page 10 Rp_313Forge des forgerons - Page 10 Rp_412
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyDim 12 Sep 2021 - 14:10
Séparation du contenu
Rapport de forgeron d'armes :

Baldwin Nuussian fabrique x1 La Hache Téhacrer'Dï, x1 Cestrum, x1 Buffléo, x1 L'Heavy lance de Girardot.
Baldwin Nuussian amélioré x1 Fléau d'armagyar.
Baldwin Nuussian gagne aussi x1 Tête du marteau de Dùgril.

Informations complémentaires : Oublié dans l'Hôtel des Ventes, mais tu valides la quête La Guilde marchande et reçois les récompenses suivantes : x1 sac de ressources diverses (contient x1 crête épineuse + x1 opale + x1 aileron maléfique + x1 dard de manticore + x1 tissu maudit).
Revenir en haut Aller en bas
Mowgl'ia
Mage

Mowgl'ia

Messages : 243
Expérience : 1593
Féminin Âge RP : 24 ans

Politique : 00
Métier : Sculptrice - Compagnonne
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101810/1810Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1810/1810)
Vitesse: 447
Dégâts: 831

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyDim 10 Oct 2021 - 2:20
Séparation du contenu
Forge des forgerons - Page 10 6jid

Mowgl’ia ouvre grand les yeux sur l’intérieur de la forge. Les tables et les établies sont remplit d’équipement en tout genre, plus spécialement des armes. Sur le seuil de la porte, l’orc n’ose pas pénétrer le lieu de convoitise. Pour le moment, il n’y a aucun client à l’intérieur, sûrement dû au fait qu’elle se soit présentée aux petites heures d’ouverture. À l’extérieur, l’agitation du marché se fait entendre jusqu’ici et elle peut entendre un vendeur de fruit essayer de vendre des fraises fraîchement récoltées. Les yeux rivés sur la forge en action, elle observe les flammes lécher avidement le bois et le métal. Le forgeron, un nain à la barbe blanchit par le temps, mais noircir par la saleté travail sur une arme. Les coups de marteau sur l’acier sont puissants et réguliers. Les sons remplissent l’intérieur de la forge de leur mélodie d’artisan.

Elle fait un pas timide dans la pièce qui sent le métal chauffer, le bois brûlé et la sueur d’homme. Elle est trop distraite pour remarquer le chat de gouttière qui se faufile proche d’elle. L’animal semble s’arrêter dans sa sortie, sentant une odeur apprécier et s’étire pour venir frotter ses deux pattes avant sur sa fesse gauche. Il prend appui sur elle et renifle un sac de cuir à sa ceinture. Mowgl’ia, surprise se retourne et poser les yeux sur le chenapan qui lui touchait les fesses. Son regard croise celui, intrigué de la bête élancée. Elle étire lentement les bras, voulant attraper le félin avec douceur, mais la voix rugueuse de l’homme s’étire, lui faisant réaliser qu’il ne frappe plus sur son enclume.

« Si j’étais toi, je ne lui toucherais pas, il va te mordre. »
« Je ne crois pas… » Souffle l’orc en le soulevant de terre.

Le nain les observe, un peu de surprise dans ses yeux. Son visage affiche toutefois une neutralité exemplaire. Il dépose finalement son marteau, un outil à l’apparence ancienne. Pendant que Mowgl’ia offrait un peu d’amour au félin, le forgeron se rapproche, essuyant la sueur sur son front dégarni.

« Étrange… D’habitude, il n’aime pas les étrangers. » Marmonne l’homme.
« J’ai toujours eu un don avec les animaux… » Dit simplement Mowgl’ia.
« Dans tous les cas, que viens-tu faire ici ? Tu veux acheter une arme ? »
« Non, j’aimerais vous demander une faveur… J’aimerais apprendre le métier de forgeronne d’arme… » Glisse Mowgl’ia en déposant finalement le chat.

Elle se concentre ensuite sur le nain. Tout en étudiant le visage sévère du forgeron, ses yeux glisse finalement sur un collier qui repose au creux de l’épais cou. Le design semble ancien, la fabrication du marteau n’est pas très belle et parle d’une main non expérimentée, probablement un bijou sentimental.

« Toi ? Tu veux apprendre ? »
« Oui, j’ai quelques connaissances, mais elles sont surtout pour des armes basiques qui ne requièrent pas de métal… »
« Je vois… Je suis un artisan très occupé… »
« Je promets d’être attentive, je serais le meilleur apprenti que vous n’aurez jamais rencontré ! » Plaide-t-elle avec force.

Le nain plisse les yeux, observant la jeune femme, puis le chat qui se frôle toujours contre ses jambes… Selon les traditions, il devait prendre un apprenti, mais il n’avait pas particulièrement envie. Cependant, quelque chose chez cette demoiselle lui soufflait de lui laisser une chance de plus son chat avait une très bonne opinion d’elle. Il grommelait et se détourna finalement pour retourner auprès de son ouvrage en cours.

« Soit… Tu passeras la journée ici. Je fais un Flé'Haur'Tensia. Enfile un tablier et au passage, attrape le bloc de Tungstène qui traîne sur la table. »
« Le quoi ? »
« Le bloc de pierre, c’est du métal pur. » Explique vaguement le forgeron.

L’orc enfile le vieux tablier en vitesse, puis attrape l’étrange pierre grise. Elle se positionne à sa gauche, mais il lui fait signe de se déplacer. Elle comprend quand il attrape le marteau de la main gauche et non de la droite.

« Ensuite ? »
« Tu peux jeter la pierre dans le feu, vises le bol au centre des flammes. »
« Nous allons faire fondre le métal ? »
« Oui, c’est une étape importante pour la fabrication de nouvelles pièces et pour la purification du matériau. Quand le métal aura pris une consistance liquide lisse, nous pourrons [...] » Explique l’homme.

L’orc hoche la tête, buvant les paroles de l’homme. Tout en continuant ses explications, il lui dévoile certains outils qui leur seront utiles, puis expliquent les étapes qu’il avait commencées sur son fléau. En attendant le métal, il l'a fait pratiquer sur l’enclume…

***

La journée avait passé beaucoup plus rapidement que l’avait cru l’orc. Les explications et l’exercice du nain avaient tellement été intéressants qu’elle n’eût pas vu que le soleil s’était couché. Le feu dans l’antre de la forge brûlait encore ardemment, illuminant de sa lumière orangée.

« Et c’est comme ça qu’on a gagné durant l’escarmouche contre les humains ! Le plan était stupide, mais il a marché. » Rit le nain en ce tapant le ventre.

Mowgl’ia rit un peu, toutefois son attention est tournée vers l’arme qui est terminée. Le nain attrape le Fléau et l’observe de plus près. Il siffle un peu avant de re déposer l’arme sur une table proche.

« Beau travail Mowgl'ia, pour une première fois ce n’est pas trop dégueulasse. Tu apprends plutôt rapidement. »
« Merci Maître Torag, j’ai eu un bon mentor. »
« Le meilleur selon moi ! »



[Fabrication du Fléau novice , je profites du bonus suivant : Le labeur du paladin : Votre premier Flé'Haur'Tensia crafté ne vous demandera aucun matériau.

Réalisation de la quête VI. La liste de mots, j'ai souligner les mots dans le texte pour que ce soit plus facile. Merci.]




Forge des forgerons - Page 10 Magesigna
“Connaître les autres, c'est sagesse. Se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure.”
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyMar 19 Oct 2021 - 22:57
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Mowgl'ia fabrique x1 Flé'Haur'Tensia et gagne 5 points métier.
Mowgl'ia gagne aussi 10 points métier.

Informations complémentaires : Tu utilises la promotion des nouveaux.
Très bons premiers pas ! À bientôt pour de nouveaux artisanats.
Réalisation de la quête Liste de mots et récupération des récompenses suivantes : 500 pièces d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Illusionniste

Rowtag

Messages : 318
Expérience : 2121
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101529/1529Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1529/1529)
Vitesse: 1117
Dégâts: 1299

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyJeu 28 Oct 2021 - 1:39
Séparation du contenu
Ting ! Ting ! Ting !

Une candeur émanait de l'arrière-boutique de l'apothicaire et les tintements de métal résonnaient à un rythme particulièrement rapide. L'homme cornu qui martelait depuis des heures suait si bien qu'il avait nouer ses cheveux en hauteur et lâchait de grands soupirs. Sa face grimaçante se tordait à chaque fois qu'il inspectait l'avancé de ses pièces. Pièces bien plus complexes que ce qu'il avait envisagé...

La faux était une arme qu'il entreprenait de concevoir pour la première fois il devait avouer que la courbure de la lame et la finesse de la pointe lui donnait du fil à retordre. Peut-être était-il un peu trop exigeant sur la forme désirée ? Bah ! Ce n'était pas pour se coltiner des armes d'amateurs qu'il avait arrêté d'utiliser les rapières rouillées dérobées sur des gardiens pour apprendre l'art laborieux de la forge.

Il continuait donc son entêtement en se languissant de pouvoir effectuer les essayer (c'était sa partie préférée). La faux n'était, d'autant plus, pas un outil qu'il avait beaucoup expérimenté par le passé. Trop encombrante, il la jugeait pas assez pratique pour se faufiler dans les soirées de marques de ses cibles. Néanmoins, il se souvint d'une arme utilisée par certains adeptes d'Urgaal'Mar lorsqu'il demeurait encore au village des djöllfulins. Cette arme, à l'apparence d'une faux, a l'avantage de ne pas posséder son manche bien trop grand et de posséder quelques ajouts. L'idée avait émergé dans son esprit, il avait dessiner des plans. Cette arme pourrait bien être son plus précieux alliée à l'avenir. Il fallait d'abords qu'il expérimente sa technique auprès des faux traditionnelles avant de pouvoir bifurquer sur cet objectif.

Arriva le moment où Rowtag obtint la forme tant voulue. Il ne lui manquait plus qu'à y assembler les différents éléments : la poigne et quelques ressources animales servant de renfort.

[Fabrique 2 Faux Kön pour le sac, (achat des matériaux bois et chasse encore en cours) merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 6 Nov 2021 - 14:54
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Rowtag fabrique x2 Faux Kön et gagne 10 points métier.
Rowtag gagne aussi 5 points métier.

Informations complémentaires : À bientôt pour de nouveaux forgeages !
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Illusionniste

Rowtag

Messages : 318
Expérience : 2121
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101529/1529Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1529/1529)
Vitesse: 1117
Dégâts: 1299

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 12 Fév 2022 - 1:02
Séparation du contenu
Le feu lui brûlait presque ses doigts gantés lorsqu'il mit le métal dans le foyer. La couleur grise tourna doucement au orange. C'était un spectacle dont il ne se lassait jamais, le feu était pour lui une chose fascinante. Le feu réchauffait la peau, changeait la couleur froide et terne du fer en une lueur solaire, mais le feu faisait fondre, le feu rongeait, consumait, jusqu'à même l'oxygène présent autour de lui. La vie et la mort dans ce même élément, dont le cycle des couleurs était sans cesses répété, guidé par sa main, au moment de transformer la matière. Des enfers naissaient des armes gracieuses, agiles et rebondies, répondant au doux nom de "dague camélia" ou de "griffe des roses".

Qui pouvait en premier lieu imaginer que ces objets élégants, trop souvent souillés par des mains cupides et malhabiles, trouvaient leurs origines dans la forge d'un démon, dont le volcan incendiaire faisait naître de ravissantes lames des cendres de ses éruptions créatives ? C'était sans doutes pour rappeler la dangerosité de ces armes faites pour ôter la vie, plongeant à chaque coup porté un peu plus le monde dans le sang. Quel paradoxe d'aiguiser son esthétique tout en alimentant la violence, d'affûter sa sensibilité tout en participant à ce qui la tyrannise. Quel paradoxe de créer pour détruire !

Lui aussi était bourré de contraste, et c'était sans doutes pour cela qu'il appréciait cette activité, y revenant sans broncher, bien que peu habitué à un tel labeur à la base. Durant ces séances, son esprit semblait ailleurs et focalisé à la fois. Imperturbable, il se laissait bercer dans des méditations profondes, la chaleur lui rappelant le Vulkar de ses souvenirs d'enfance.

Quelques fois, une étincelle jaillissait, son âme innocente et curieuse reprenait le dessus et il envisageait des projets de conception farfelus, comme ce marteau à l'allure grossière, dont il ne réitérera probablement jamais l'expérience, ou bien encore, une arme capable de briser le diamant. Il songeait même à des plans faramineux, des armes qui n'avaient encore jamais été vues (et qui étaient pour la plupart irréalistes) mais lorsqu'il plongeait sa pièce dans l'eau qui s'évaporait dans des volutes lancinantes, le bruit qui en résultait le ramenait toujours sur terre. Puis les craquements des flammes reprenaient doucement place. Parfois, il se rendait alors compte qu'elles n'avaient jamais cessé de crépiter.

[Fabrication d'1 dague camélia, d'1 griffe des roses, d'1 brise diamant et d'1 marteau rö pour l'inventaire, merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 26 Fév 2022 - 6:10
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Rowtag fabrique x1 dague camélia, x1 griffe des roses, x1 brise diamant et x1 marteau rö. Il gagne 20 points métier.

Informations complémentaires : Tu as dépassé les 100 points et peux donc créer une boutique si tu le souhaites !
Revenir en haut Aller en bas
Baldwin Nuussian
Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes

Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes
Baldwin Nuussian

Messages : 823
Expérience : 4055
Masculin Âge RP : 24 ans

Politique : 254
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:

(Athear, hippogriffe de Baldwin [Modifié] +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102879/2879Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2879/2879)
Vitesse: 919
Dégâts: 3770

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyLun 25 Avr 2022 - 1:52
Séparation du contenu
Peu de temps avant son départ pour Wystéria, Baldwin était retourné dans la grande forge de Stellaraë. Toutes les factions et bons nombres d'aventuriers se préparaient aux futurs affrontements contre l'armée d'Anklög, qui s'était dévoilée après leur victoire contre le titan rocheux. Cela avait été une surprise générale, le combat n'était pas terminé, mais n'était que le début. Ces forces, divisées en trois, allaient avancer chacune vers une ville principale de Dùralas pour l'assiéger, détruisant ou capturant tout sur leur passage. Pour le moment, le Capitaine ne pouvait malheureusement pas faire grand-chose militairement parlant. Les troupes se réunissaient et s'entraînaient, les guetteurs étaient à l’affût du moindre détail pouvant les aider, et chacun fourbissait ses armes.

C'était justement ce qui l'attirait en ce lieu, ce jour-là. Il pouvait apporter une modeste contribution aux préparatifs en forgeant de nouvelles armes, et il n'allait pas s'en priver. Son départ étant dans peu de temps, il passerait toutes les heures nécessaires à la création de ce qu'il avait prévu, en commençant par une dague bestiale. S'installant à une forge libre, il posa son sac en cuir rempli de tous les matériaux qu'il aurait besoin, et en sortit la moitié des minerais d'argent ainsi qu'une touffe de grizzly attachée par une ficelle. Il plongea le minerai dans le fourneau et se posa sur la table de travail pour réfléchir à la forme qu'il allait lui donner.

Finalement, il opta simplement pour une lame en forme de griffe d'ours, recourbée vers l'intérieur, à un seul tranchant, et avec une petite bosse sur ce dernier, afin d'être vraiment ressemblant et de faire écho au matériel. Vu la composition de cette arme, il allait devoir beaucoup travailler sur les trempes et les chauffes pour améliorer au maximum sa solidité, mais il maîtrisait désormais fort bien tout cela. Ainsi, une fois le minerai d'une bonne couleur flamboyante, il le plaça sur l'enclume et commença son dur labeur, alternant entre la frappe au marteau pour lui donner la forme voulue et le passage au four pour le réchauffer. Il décida de ne pas faire de quillons pour celle-ci, et forma en une seule pièce la lame, la poignée et le pommeau, renforçant sa solidité globale. Pour terminer, il passa tout de même une lanière de cuir tout le long du manche, l'entourant complètement et augmentant le confort, et y incorpora la touffe de poils à la colle d'os sur l'extrémité, à la jointure entre la poignée et le pommeau, afin qu'elle tombe sur celle-ci.

Satisfait de son travail, il essuya la sueur de son front et fit quelques mouvements pour tester son poids, avant de la poser sur la table et de sortir les matériaux suivants. La deuxième arme prévue était les griffes dénommées Manus et Ayus, il prépara donc tout le minerai d'or, de fer et de diamant qu'il avait emporté. L'utilisation de tant de matières différentes lui donnait plus à réfléchir que précédemment. Il opta finalement pour quatre finales lames en diamant sur chaque main, incorporé à chaud dans un support, la partie située sur le dessus des mains, en or, avec des attaches et des poignées en fer, pour plus de solidité. Il était temps d'attaquer.

Ajoutant quelques combustibles spéciaux aux flammes, celles-ci virèrent rapidement au bleu sur une bonne moitié en partant de leur base, indiquant qu'elles étaient maintenant capables de faire fondre le diamant, qu'il plaça sans tarder en leur cœur. Une fois assez ramolli, il entama leur mise en forme tandis que le reste des minerais chauffaient à leur tour. Les lames étaient la première chose à fabriquer, afin de pouvoir réellement adapter leur support à leur forme. Le plus difficile et le plus long dans tout ça étaient que les huit soient le plus identique possible, surtout pour quelqu'un d'aussi pointilleux que lui. Enfin satisfait, il s'attaqua à la suite, et soupira de soulagement une fois le tout terminé et monté. Le Capitaine regarda par la fenêtre pour observer que l'après-midi était déjà bien entamée, alors que, comme d'habitude, il était venu très tôt dans la matinée.

Tout comme la dague bestiale, il enfila les dénommées Manus et Ayus, il ne savait pour quelle raison, et put attester de leur praticité. Elles semblaient assez solides et redoutables, en plus de fournir un confort non-négligeable, et rejoignirent donc sa première fabrication sur la table. Maintenant, c'était au tour d'une Cobr'hache de voir le jour. Beaucoup moins subtile, elle allait aussi être plus simple à forger, le reste des minerais d'argent accompagnés d'un bois de sapin et d'une collerette de cobra, d'où elle tire le nom, allaient être les seules choses nécessaires. Un manche classique soutenant un fer en forme de tête de serpent, la collerette fixée au sommet du bois, voilà ce qu'il avait prévu, alors que le fourneau faisait encore son office.

Une fois la tête de la hache enfin dans la forme souhaitée, le tranchant plus en avant et arrondit pour simuler ce qu'il désirait, il prit un petit outil pointu et un marteau pour y graver des formes, tels des serpents qui s'entrelaçaient, sur les deux côtés du fer. Cela lui permettait de l'alléger légèrement tout en améliorant l'équilibre global. Il la trempa finalement, avant de tailler son futur manche, d'y attacher par la force la tête afin que plus rien ne bouge, et d'y incorporer la collerette perpendiculairement, afin de donner l'impression que la hache entière, vue de face, ressemblait réellement à un cobra dressé. Légèrement, bien évidemment. Cela restait une arme fonctionnelle, et il l’espérait, des plus efficaces, malgré la forme atypique. Le stryge semi-gris en était amusé alors qu'il la maniait. Il hocha la tête avant de la poser en compagnie des autres.

Le soir était désormais tombé depuis longtemps, des lanternes étaient allumées pour éclairer la salle, bien qu'en vérité, ce soient les feux des fours qui illuminaient le plus les alentours. Le Dragonnier se retrouvait déjà seul, bien au calme, alors qu'il vidait complètement son sac. Du minerai de cuivre, du bois de cerisier, du cuir et une défense de sanglier, ainsi qu'une branche ensorcelée, c'était tout ce qui lui restait, et les composants pour fabriquer une branche cogneuse. La branche ensorcelée pouvait sembler simple et fragile de prime abord, mais elle était en réalité très solide et résistante au choc, en plus de paraître vivante. Elle serait le support du poids en métal modelé en forme ovale, écrasée sur un côté, et trouée de l'autre afin de faire passer son manche.

Le cuivre chauffant tranquillement à côté, Baldwin utilisa un mortier et un pilon pour écraser la défense de sanglier en poudre. Il la saupoudrera sur le métal rougeoyant juste avant de le frapper, afin de l'incorporer, elle et ses propriétés, dans celui-ci. C'était une technique qu'il avait maintenant l'habitude d'utiliser et qu'il appréciait. Ce ne fut donc plus qu'une partie de plaisir d'en finir avec cette partie. Il passa alors la branche comme prévu et pu constater avec plaisir qu'elle s'enroulait autour de la tête et l'agrippait fermement. Il attrapa alors le bois de cerisier, et entreprit de le tailler de telles sortes à former un manche présentant plusieurs fentes, veinures et ouvertures, sur la moitié haute, afin que la branche s'en serve pour s'y attacher à son tour et les occuper, ce qui fonctionna, faisant sourire le Capitaine. C'était vraiment intéressant d'utiliser ce genre de matériel hors du commun !

La dernière touche consistait à découper le cuir en lanière afin de l'enrouler sur une bonne surface de la moitié basse du manche. L'arme restait lourde, donc il fallait avoir assez de place confortable pour pouvoir la manier efficacement à deux mains si son futur propriétaire le souhaitait. Le forgeron finit enfin par arriver au bout de son labeur, toujours aussi satisfait de ce qu'il avait accompli. Il enroula toutes les lames dans un épais tissu avant de tout ranger dans son sac auparavant vidé, puis entreprit de nettoyer comme il le devait son poste de travail. Lorsqu'il sortit enfin de la forge, le soleil allait bientôt se lever, il avait encore un peu de temps de sommeil à prendre, après un bon lavage, avant d'entamer ses entraînements journaliers.

[Création d'une dague bestiale, d'un Manus et Ayus, d'une Cobr'hache et d'une branche cogneuse, à mettre dans le sac, merci !]




Forge des forgerons - Page 10 Drapea12Forge des forgerons - Page 10 Baldwi12Forge des forgerons - Page 10 Drapea10

Le monde ne demande qu'à être exploré, et le savoir acquis...

Forge des forgerons - Page 10 Rp_110Forge des forgerons - Page 10 Rp_213Forge des forgerons - Page 10 Rp_313Forge des forgerons - Page 10 Rp_412
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Illusionniste

Rowtag

Messages : 318
Expérience : 2121
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535101529/1529Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (1529/1529)
Vitesse: 1117
Dégâts: 1299

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 30 Avr 2022 - 21:09
Séparation du contenu
L'épée bâtarde en platine

Avant de partir en expédition forestière, Rowtag avait réussi à dégoter un minerai bien particulier. Le platine était si rare qu'il n'était en effet pas vraiment commercialisé à grande échelle et il fallait un peu de chance pour en trouver sur les étals de l'hôtel des ventes. Heureusement le djöllfulin avait su développer quelques contacts depuis le temps qu'il était installé dans la capitale et il n'avait pas eu tant de mal à dénicher ce précieux matériau. Mais que pouvait-il bien offrir, me direz-vous ! C'était tout l'objet de sa visite à sa forge personnelle, dans l'arrière boutique de Ran. En effet, il n'y avait pas meilleur moyen de voir les propriétés d'un métal qu'en le soumettant à des expériences et pour cela, son ami elfe noir pouvait l'aider.

Il semblait que le matériau ne se laissait pas fondre comme les autres. Ajoutant un peu d'acide plantoïde, le cornu constata avec émerveillement le métal prendre une texture liquide et parfaitement lisse. Testant la viscosité et la masse du platine, il comprit que ce dernier recélait bien des avantages par rapport aux métaux plus courants. Il n'osait imaginer la résistance que pouvait posséder une arme forgée en ce matériau. Cette substance ne semblait cependant pas convenir aux plans de sa prochaine fusion, mais elle pourrait lui permettre d'avoir un bon pactole s'il en faisait une pièce que les marchands s'arracheraient. Afin de faire monter les enchères, son artisanat devrait néanmoins être à la hauteur de ce produit de luxe. Quelques finitions ouvragées permettraient par exemple de faire encore plus croire au prestige de l'arme...Et si c'était une question d'apparence, Rowtag était l'homme de la situation !

Pour convenir au goût des jeunes nobles pourris gâtés qui seraient susceptibles de s'intéresser à cette pièce, il imagina une arme des plus classiques, des plus élégantes, mais aussi des plus orgueilleuses : l'épée bâtarde. Il voyait bien cette dernière aux mains d'un de ces gardien, par exemple, qui, crédule, pensait incarner l'honneur et la justice en arborant l'objet si pur, ne convenant qu'au coeur courageux qu'il pensait détenir en la brandissant.

-Pfi hi hi hi ! Mais quelle grandeur d'âme !

Ses coups de marteaux façonnèrent alors une lame droite, aussi étroite qu'était leur vision manichéenne du monde, et dont le tranchant n'était pas à prouver. Un poids léger, une poigne maniable, de quoi se vanter auprès de ces mesdames de la cour royale en faisant des moulinets d'épée avec aisance et classe. La forme donnée à la lame était un peu banale, mais le platine lui conférait cette brillance si particulière qu'elle laissait une drôle d'impression au regard et attirerait les curieux. Tandis que la poigne, elle, était fabriquée avec un peu plus d'originalité : finissant comme une fleur lys ou presque, des petites volutes y avaient étés tracées pour épouser à merveille la main frêle et délicate de ces sires.

Mais là où la créativité du djöllfulin s'emballait était sans aucunes doutes la garde de l'épée. Des entrelacs finement sculptés avec soin protégeraient les plus ingrats et maladroits de ses utilisateurs. De fines touches d'or la parsemaient et donnait un charme supplémentaire à l'ouvrage afin de briller comme il se devait au sein de la Tour stellaroïse. Finalement le fourreau n'était pas laissé de côté non plus, conçu à partir d'un séduisant bois d'ébène, il fut paré de plusieurs décorations forgées grâce au reste de l'or en fusion.

Rowtag était désormais sûr que cette production raffinée allait en faire pâlir plus d'un. Il ne restait plus qu'à contacter les seigneurs marchands pour faire flamber les porte-monnaies les plus avares...Après avoir ajouter un peu de poudre à prout surprise à l'intérieur du fourreau, pourquoi pas ?

-Ha ha ha ha !!

[Quête de l'épée bâtarde en platine (achat de métal en cours) si c'est bon je choisis le shaku, merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyLun 2 Mai 2022 - 1:32
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Baldwin Nuussian fabrique x1 dague bestiale, x1 Manus et Ayus, x1 Cobr'hache et x1 branche cogneuse.

Informations complémentaires : Rien à redire !

---

Rapport de fabrication :

Rowtag fabrique x1 épée bâtarde en platine et gagne 5 points métier.

Informations complémentaires : Tu résous la quête IX et tu gagnes 300 PO + Shaku.
Revenir en haut Aller en bas
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyMer 17 Aoû 2022 - 17:53
Séparation du contenu
    Après une petite semaine de marche, Stellaraë m’ouvrait enfin ses portes. La seule ville où je pourrais exercer mes talents et gagner l’argent dont j’avais besoin pour continuer ma quête. Peut-être que ma fille était là-bas mais à en constater la longueur des remparts, la ville devait s’étendre sur des kilomètres. Autant chercher une écaille dans une tourbière. Le chemin que j’avais emprunté à travers le désert était peu fréquenté mais rejoignait une artère commerciale bien plus large où marchants itinérants, voyageurs, aventuriers, voleurs, mendiants, livreurs se bousculaient pour rentrer par les immenses portes de la ville surpeuplée. Je me frayais un chemin entre les chariots débordant de biens et ressources et m’engouffrais dans la ville. Je me dirigeais ensuite vers les quartiers des artisans après avoir demandé à un garde où se situaient les forges. Il m’avait toisé du regard d’un air suspicieux mais avait fini par me répondre, une main sur son arme.  

    Je m’engouffrais alors dans les ruelles bondées, sales et bruyantes. Partout où j’allais, les gens parlaient de ce fameux tournois où tous les habitants de Dùralas sachant tenir une arme ou jeter des sorts étaient invités à se castagner joyeusement dans une grande arène. Tout ce que je constatais c’est que ce genre de tournois m’apportait que plus de gens sur mon passage et m’empêchait d’atteindre ma destination sans devoir bousculer la moitié des touristes. Une fois, je marchais sur la queue d’une sorte d’humain-animal qui poussa une sorte de grondement ou miaulement. Il feula à mon attention alors que je disparaissais déjà entre les badauds tous plus étranges les uns que les autres. Je croisais bien sûr des humains classiquement vêtus de tissus ou des riches bourgeois à la panse bien tendue et exhibant leurs richesses. Ils étaient bien souvent accompagnés de gardes du corps ou montés sur des palanquins qui prenaient la largeur d’une rue. Je croisais également des humains au teint blafard, à la peau sombre, parfois des nagas que je saluais brièvement.

    En arrivant près du quartier des forges, j’aperçus une sorte de guerrier aux cheveux d’apparence humide plaqués sur sa tête et aux muscles saillants. Il était vêtu d’une sorte de toge à carreaux bleus et portait des bésicles dont les verres étaient faits d’obsidienne. Je décidais de ne pas prêter plus attention à l’étrange personnage et rentrais à l’intérieur d’une forge déserte. Plusieurs affiches et panneaux donnaient des consignes de base à respecter du style « chacun doit venir avec ses matériaux » ou « nettoyez votre plan de travail après chaque utilisation ». Des étagères branlantes, contenaient également des manuscrits et ouvrages sur les techniques de forgeage ainsi que de nombreux plans d’exécution. Les lieux n’étaient pas très bien entretenus et les outils disponibles semblaient vieillissants et abîmés pour la plupart. Je les observais, les comparais à ceux auxquels j’étais habitué. « Je devrais m’en sortir avec toutes ces antiquités » pensais-je tout haut.

    Je rassemblais marteaux, pinces, étampes sur un plan de travail près de l’enclume et du fourneau aux braises mourantes. Avant de les raviver, je me délestais de mon sac, de ma besace, du livre de Srishti, de ma cape ainsi que de ma tunique en cuir de serpent noir. A l’aide d’une ancienne pelle rouillée, je chargeais le four de charbon et fit revivre la forge à l’aide d’un énorme soufflet. Alors que les moules en fonte où seraient disposés le minerais chauffaient lentement, je m’aperçus qu’à côté de la pile de charbon se trouvait des pépites de fer oubliées ou abandonnées. Je me les appropriais immédiatement et positionnais les pépites dans le moule. Après quelques minutes, elles devinrent visqueuses puis liquides. J’attendais que les impuretés s’échappent avant de laisser couler le fluide dans un second moule en forme de longue plaque rectangulaire, idéal pour forger une épée courte.

    En attendant que le métal ne se durcisse, je consultais les  ouvrages, les affiches et autres plans d’armes plus ou moins complexes. Puis, une publicité pour le tournoi de Sillafaën attira mon attention. La feuille à moitié froissée était posée négligemment sur un établi couvert de débris de bois, de cuir et de copeaux d’acier. L’une des armes les plus en vogue en ce moment était le Cestre. Jamais je n’avais vu une telle pièce et encore moins forgée. Il s’agissait presque d’un gantelet d’armure en métal à ceci près qu’il ne recouvrait pas l’entièreté de la main. La partie métallique se concentrait sur l’articulation entre deux longs os de la main - là où le poing frappait. L’arme pouvait prendre la forme de boules, de pointes voir d’excroissances plus longues suivant l’utilisation du porteur. Un coup assez puissant pouvait ainsi soit broyer, sonner l’adversaire ou même transpercer une armure. Assez ingénieux de par sa mobilité et sa capacité à parer les coups, son seul inconvénient est sa portée qui se limite à la longueur du bras de l’utilisateur.  Néanmoins, si les deux combattants en sont équipés, le spectacle est garanti.

    A l’aide de pinces, je saisis la plaque en fer contenue dans le moule et la coupais en deux nouvelles plaques à l’aide d’une grosse cisaille à guillotine. J’appuyais de tout mon poids sur le levier actionnant l’énorme lame qui écrasa plus qu’elle ne coupa à cause de son manque d’entretien. « Ça fera l’affaire  », dis-je en regardant les deux plaques de taille inégales. Je traçais sur l’une d’elle l’emplacement de mes doigts à l’aide d’une mine en graphite. Puis, à l’aide d’une étampe, je marquais des creux ainsi que des bosses de sorte à ce que la plaque prenne la forme de ma main. J’ajustais grossièrement, puis affinais de plus en plus jusqu’à ce que le résultat me convienne. Après avoir battu le fer afin d’avoir la forme globale de l’arme, je la chauffais à nouveau jusqu’à ce qu’elle devienne rougeoyante. Puis, je la trempais dans un tonneau d’huile pour lui conférer une bonne solidité grâce au refroidissement brutal.

    La dernière étape consistait à percer de fins trous sur les côtés de la plaque d’acier pour y fixer ensuite des lanières de cuir grâce à des rivets. Ainsi, n’importe quel combattant pourrait l’intégrer à des gants déjà existants ou à main nu si celui-ci le souhaite. Je me servis de mes chutes de métal pour fondre des rivets et découpais des lanières de cuir dans celles des précédents utilisateurs de la forge. Je plaquais les lanières de cuir contre le fer encore brûlant et y appliquais les rivets rougeoyants. Ils traversèrent le cuir comme un couteau à travers du beurre et étaient encore faciles à modeler de pars leur température. J’écrasais les petites tiges de métal afin qu’elles soient impossible à retirer et laissais tout de même du jeu afin que l’arme s’adapte à l’utilisateur. Je décidais de l’essayer moi-même : je fermais le poing et frappais de toutes mes forces une plaque d’armure ratée. Une belle marque était visible tandis que mon ceste semblait de bonne qualité, le choc ne l’avait pas abîmé. Fier de mon ouvrage mais exténué, je décidais de m’attaquer au second le lendemain en utilisant le même procédé.




[Fabrication de 2 Cestrum, utilisation des bracelets d'abondance + le Bonus des nouveaux forgerons d'armes.]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyLun 5 Sep 2022 - 23:16
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Sslozmek Hann fabrique x2 Cestrum grâce au bracelet d'abondance. Il gagne 5 points métier et 15 points bonus pour un bon RP !

Informations complémentaires : Rien à redire, bon début !
Revenir en haut Aller en bas
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyVen 23 Sep 2022 - 17:17
Séparation du contenu
[ RP pour la quête : VII La disparition]



   Aujourd’hui, son inspiration fut la Faux : Un outil pourtant normal pour paysan. Il prit du charbon du chariot qu’il ajouta au four rayonnant. Il irradia ainsi l’abri d’air brûlant. Pour la fabrication, Il raffina donc six blocs cramoisis impurs dont la transformation donna trois lingots parfaits. Moins fins par rapport à l’or mais plus compacts. Il battit d’abord à blanc puis façonna la faux, trimant et suant jusqu’à la nuit : Il joignit un bout plat, piquant, coupant au fin tronc poli fait d’if. Il mit du soin à la fabrication. Puis, il alla au bazar là-bas où il liquida son art à Tony Truand, vil marchand humain grognon.



[Fabrication de 1 Faux Gère (26 minerais de fer, 5 bois de Sureau) à vendre à l'HDV ]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 1 Oct 2022 - 20:58
Séparation du contenu
[RP pour la quête : 0. Initiation]



   Ma dague était solidement attachée à ma ceinture et servait d’avantage à dissuader quiconque voudrait s’en prendre à moi que pour le combat. C’était la dernière arme que j’avais forgé avec l’aide de mon Maître forgeron. Au temple, beaucoup avaient fait l’éloge de mon travail dont Srishti qui fut la seule à me faire l’honneur de l’utiliser pour ses rites sacrificiels. Elle me l’avait rendu lorsque j’étais parti à l’aventure afin que « je puisse me défendre avec la bénédiction de la Mère » m’avait-elle confiée.

   Je dégainais mon arme et la déposais sur l’établi. Elle était bien trop fine pour résister aux chocs avec une autre lame ou bien avec une armure. Cependant, son tranchant et sa légèreté étaient ses principaux atouts. Pour trancher des vêtements légers ou directement des gorges,  il était difficile de faire mieux. La lame au profil ondulé rappelait un serpent en pleine course et le manche était d’ailleurs fait de bois et de croc de serpent géant des marais. Ma signature ainsi que celle de mon maître de forge, Vorna’Tuü, figuraient discrètement à la base de la lame. Je n’étais pas encore suffisamment aguerri pour créer ce type d’œuvre seul.

   Les lames droites étaient bien plus simples à forger et étaient largement suffisantes pour les humains. Ils n’étaient pas dignes de posséder une arme rendant hommage au Basilic et le sens en de toute façon ésotérique pour eux. De leur point de vue, le Basilic n’était qu’un monstre comme les autres destiné à faire peur aux enfants et ne valait pas la peine d’être vénérée. Quelle erreur ! Ils verront lorsque Mère reviendra. Ils verront que ma Déesse n’est pas une légende mais un être qu’il faut craindre et aimer. Un être qu’il faut protéger et servir. Un être dont la route ne doit pas être entravé au risque de subir mille tourments.

   Les minerais que j’avais achetés à l’hôtel des ventes s’entassaient dans un coin de la forge.  Je les plaçais dans le bas fourneau et attendis qu’ils fondent jusqu’à devenir visqueux puis liquides. Je retirais ensuite la couche d’impureté du fer liquide et ouvrit la trappe qui permit au métal fondu de se déverser dans un moule. Une fois le lingot amené à température ambiante, je le démoulais et immédiatement, l’insérais sur les braises que j’activais à l’aide du soufflet. Le fer devait devenir rouge, malléable mais ne pas devenir liquide.

    L'une des difficultés du forgeron est lors du placement d’un élément dans le foyer, de ne pas le faire fondre complètement car sous les braises, il est très difficile de voir l’état d’une pièce en métal. A mes débuts, combien de fois m’est-il arrivé d’oublier un lingot ou une tige dans  le foyer de la forge ? Vorna’Tuü, mon maître forgeron, avait dû les compter, avant de finalement abandonner. « C’est le métier qui rentre ! » ou « Y a qu’ceux qui font rien… ! » me disait-il devant ma tête dépitée et ma progression que j’estimais très moyenne.

   Globalement, il reconnaissait pourtant que j’apprenais bien plus vite que les autres apprentis forgerons. Mais par rapport aux autres nagas, est-ce que cela avait une quelconque valeur ? Nous n’étions pas des nains. Contrairement à eux, nous n’avions pas les métiers du travail du métal dans le sang et aucune mine n’était présente dans les marais. Le seul métal disponible devait se trouver si profond que même eux ne trouveraient pas le courage de creuser pour aller le chercher.

   Je m’équipais de gants épais et saisis le lingot rougeoyant à l’aide d’une pince. Je déposais ensuite le métal sur l’enclume et commençais à le battre, encore et encore, jusqu’à le rendre relativement plat. Une dague droite n’était pas difficile à faire. L’acier se pliait à ma volonté et à chaque coup de marteau il faisait exactement ce que je voulais. Chaque geste était précis, calculé et était contrôlé. Je ne laissais rien au hasard pour obtenir les meilleures lames que je pouvais forger.

   Je me servis des mensurations de ma propre main afin de calculer la longueur du manche que je forgeais dans la continuité de la lame. Il sera tout aussi plat et de la même épaisseur à ceci près que je pourrais y clouer deux parties en bois de loupe qui avait l’avantage de résister aux percements, de ne pas se fendre et de garantir une bonne prise en main de l’objet.  Je perçais deux trous dans le métal malléable du manche avant de revenir sur la lame encore grossière et peu tranchante. J’actionnais la lourde pierre à aiguiser positionnée sur un chevalet à l’aide d’une grosse manivelle. J’affûtais la lame, la polissais pour la rendre rutilante et la plus vendable possible. Une fois terminée, je gravais discrètement la signature « Hann » sur la lame. Après quelques tests sur le mannequin de la forge qui avait déjà dû subir de nombreux coups, je fixais les deux parties du manche en bois de loupe sur l’arme à l’aide de deux petits clous.  

   Après observation, je me rendis compte que j’aurais pu probablement faire mieux. mais mon arme était simple, efficace et durable. Les habituels manieurs de dagues n’en demandaient de toute façon pas d’avantage.  


[Fabrication de 1 dague Camélia (gratuit) à vendre à l'HDV]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 8 Oct 2022 - 18:56
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Sslozmek Hann fabrique x1 dague camélia et x1 Faux gère. Il remporte 10 points métier et 10 points

Informations complémentaires : Félicitations, tu passes apprenti !

Tu gagnes la dague camélia pour le craft gratuit et x2 Potion d'hypersensibilité : tous les effets négatifs actifs infligés par le membre sont augmentés de 50%. + x2 Potion d'insensibilité : tous les effets négatifs actifs sur le joueur sont annulés pour la disparition, effectuée avec brio !
Revenir en haut Aller en bas
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyDim 16 Oct 2022 - 9:36
Séparation du contenu
[RP pour la quête : VI. La liste de mots ]


    Je parcourais les rues bondées de la ville à la recherche d’inspiration. Le tournoi de Stellaraë s’éternisait à cause du nombre incalculable de participants. Cependant, la motivation des spectateurs était toujours présente et en était même redoublée notamment à cause des paris. Vivement que tout ceci soit terminé et circuler décemment dans cette ville sera peut être possible. Chaque fois que je me rendais à l’hôtel des ventes afin de vendre mes produits je devais me frayer un chemin entre les paires de fesses des habitants. N’étant ni aussi agile, ni aussi discret, ni aussi ridiculement petit qu’un chat ce n’était pas chose aisée de passer inaperçu. J’avais ouï dire que ce tournoi revenait tous les ans. C’était une tradition perpétuée depuis des dizaines et des dizaines d’années et j’étais venu au pire moment. Quoique, à vrai dire, pour les affaires et pour me faire connaître en tant que forgeron compétent il n’y avait pas mieux. La demande en armes neuves et en réparations avait probablement considérablement augmenté et même les forgerons les plus expérimentés étaient débordés.

   En continuant vers  l’arène, j’arrivais vers un terrain d’entraînement assez vaste où un bon nombre de gladiateurs s’entraînaient. La plupart avaient choisis un adversaire mais ceux ne voulant pas risquer de se blesser avant les combats affrontaient plutôt des mannequins faits de bois et de paille. J’observais chacun des combattants et en particulier leurs armes. Je reconnus un outil qui m’était plus que familier. Une énorme faux était maniée par une Stryge dont je n’aurais sus dire si elle était blanche ou noir étant donné que les deux couleurs étaient présentes sur ses larges ailes. Elle ne se battait que contre un mannequin en bois que l’arme-outil parvenait à mordre en profondeur. La guerrière devait adapter son style de combat en fonction de l’arme si particulière, croisement entre une épée, une hache et une lance. Naturellement, l’amplitude de ses mouvements faisait qu’il me semblait être difficile de pouvoir employer ce genre d’arme en escarmouche de peur de faucher les têtes de ses compagnons d’arme. La femme ailée était vêtue d’une armure fait d’un métal que je ne reconnaissais pas. Une sorte d’acier noir, peut-être plus dur que du Tungstène. Elle s’élança dans les airs, tournoya sur elle-même et donna trois violents coups sur le mannequin qui fut coupé net en trois parties : la tête, le torse et le manche qui lui servait de jambes. Je déglutis en imaginant que ce sort pouvait être réservé à n’importe quel être vivant croisant le fer avec la redoutable guerrière.

-Un autre ! Beugla-t-elle.

   Je décidais de m’éloigner prudemment de la stryge menaçante et de retourner en direction des forges. Une faux ! Qui aurait pu croire que cela pouvait devenir l’arme de prédilection d’une stryge ? Certes l’outil était tranchant et je ne compte plus le nombre d’entailles que j’ai reçu aux jambes lorsque jeune je travaillais dans les champs avec mon père. Mais de là à en faire une arme utilisée dans une arène, voire sur les champs de bataille. Le sourire aux lèvres, je venais de trouver ce que j’allai forger aujourd’hui.

                                                                       ***

   J’actionnais l’énorme soufflet de la forge. Les braises crépitèrent, la cendre vola autour de moi et les flammes rougeâtres comme des fraises devinrent jaunes orangées. Parfait, le four ne s’était pas éteint en mon absence. Mes commandes de minerais furent livrées à temps, cette Kaïna que l’on m’avait conseillé était décidément très productive. A coup sûr, ce devait être une géante habituée à manier une énorme pioche et travaillant trois fois plus vite qu’un humain normal. Une aubaine car le fer commençait à manquer cruellement chez les grossistes.  

   J’insérais les pépites de fer dans le nouveau bas fourneau que je rechargeais avec du charbon. Le processus de fonte et de purification n’en sera que plus rapide. Après quelques minutes, le métal devint liquide. Je choisis cette fois-ci non pas un moule pour former un lingot mais pour former une plaque relativement fine en acier. Après avoir positionné le moule, j’actionnais la trappe du fourneau qui libéra l’acier liquide.

   En attendant qu’il refroidisse et forme une plaque bien lisse, je m’occupais du manche de mon arme-outil. Je taillais grossièrement l’épaisse branche de bois de sureau afin d’obtenir une forme uniformément cylindrique. J’affinais mon ouvrage petit à petit à l’aide de lames toujours plus fines et testais la prise du manche. J’ajoutais une lanière de cuir afin d’éviter au maximum que l’arme ne glisse en cas de combats sous la pluie. J’imaginais bien que les batailles n’allaient pas cesser dès les premières gouttes. Je me surpris à rire en pensant à des immenses guerriers enragés et s’étripant sur un champ de bataille, décréter un temps mort pour s’abriter, puis reprendre les combats une fois l’averse passée.

   Une fois le manche terminé, je le laissais de côté sur un vieil établi. Je saisis la plaque d’acier à l’aide de grosses pinces et la plaçais dans la forge afin qu’elle devienne malléable. Puis, je la positionnais sur l’enclume et commençais à la battre pour l’aplatir. Je retournais ensuite la pièce sur la tranche, la plaçais sur le partie arrondie de l’enclume et donnais des coups de marteau de sorte à  lui donner une forme incurvée. Je gardais une bonne épaisseur de métal là où devrait passer le manche puis insérais ma pièce dans l’âtre de la forge. Je comptais les minutes dans ma tête, estimais la couleur de la pièce, puis lorsque le temps d’attente me sembla correct, je la retirais et la remis sur l’enclume. Je perçais un trou sur la partie de l’arme qui sera à la base de la lame. Une fois le métal plus refroidit mais toujours malléable, j’insérais le manche dans le trou que j’avais créé. Je perçais le métal à l’aide de gros clous qui vinrent transpercer le bois et ainsi solidariser la lame de la faux et le manche. Adossé à une table où reposaient les outils, j’observais l’arme-outil presque terminée. Il ne me restait plus qu’à l’aiguiser et elle sera prête pour faucher les blés et les têtes.



[Fabrication de une Faux gère (26 minerais de fer, 5 bois de sureaux) à vendre à l'HDV]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyJeu 20 Oct 2022 - 19:06
Séparation du contenu
Plus longue qu’une sagaie ou une javeline, l’arme n’était pas destinée à être jetée contrairement à ce que son nom indiquait mais à tenir une position et transpercer ses ennemis avant qu’ils n’arrivent à votre hauteur. Alliée à un solide bouclier l’arme pouvait s’avérer dévastatrice et quasiment imparable contre des fantassins en armure moyenne. Cependant, un guerrier assez brave pouvait d’un coup d’épée dévier une lance pointée vers lui et se jeter sur son adversaire. Ce dernier n’ayant pas le temps de dégainer son épée à son tour, ne pourra que regarder la mort arriver avec impuissance.

   Le métal liquide s’écoula du fourneau jusqu’au moule dont la forme ressemblait à un fin triangle isocèle. A l’aide d’une paire de pinces, je le plaçais sur l’enclume et commençais à le battre afin de former la pointe de la lance. Le forgeage intensif de ces derniers jours commençait à me peser si bien que je me perdis petit à petit dans mes pensées et mes souvenirs.

   Ting ! Ting ! Ting !

- Shelzounette ? Tu es prêtes ma salamandre ?

   Me sentant ridicule, je me repris :

- Tu dois trouver ça stupide que je t’appelle ainsi.  

- Non.  

- Et tu…tu ne m’en veux pas pour…? Hasardais-je.

   Elle défit sa tunique et dévoila son torse dont les écailles avaient noircies. Mon cœur se serra et je détournais le regard.

- Bien sûr que si. Mais au moins je sors de ce putain de Temple.

   Ting ! Ting !

   Nous nous enfoncions dans les marais à la recherche de gibier qui servira pour le banquet après une série de sacrifices. Il sera donné en l’honneur du dix-neuvième anniversaire du culte qu’avait créé Srishti.

   Ma fille portait dans son dos un étui comportant quatre sagaies. Elle était encore si jeune, mais sa force n’était plus très loin de la mienne. Son visage était encore crispé par la douleur mais elle ne disait rien, elle résistait, intériorisait sa souffrance.

   Ting ! Ting ! Ting ! Ting !

   Nous étions couchés à plat ventre entre des buissons, contre le sens du vent par rapport à notre proie afin de masquer nos odeurs. A quelques dizaines de mètres, le héron que nous avions repéré pêchait tranquillement dans les marres naturelles. Je regardais ma fille qui sembla sûre d’elle. Concentrée, elle saisit une de ses sagaies et se leva d’un bond. L’oiseau la regarda mais au moment où il voulut s’envoler une tige de bois lui transperça le cœur. Le volatile battit des ailes pendant quelques secondes avant de s’évanouir dans l’eau trouble.

   Ting ! Ting ! Ting !


   Une larme roula sur ma joue. Je m’interrompis et l’essuyais. La pointe de ma lance était enfin terminée. Je l’insérais sur la hampe en bois de sureau et plantais deux clous préchauffés pour la fixer solidement au bois. J’admirais mon arme une dernière fois, vérifiait qu’il n’y avait aucun défaut. Tout semblait en ordre. Ma fille aurait été si heureuse de la prendre en main. Aujourd’hui plus que jamais, puisque c’est le jour de son anniversaire.


[Fabrication de 1 Lil'ance (26 minerais de fer 5 bois de sureau) à vendre à l'HDV]


Dernière édition par Sslozmek Hann le Jeu 5 Jan 2023 - 20:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyVen 21 Oct 2022 - 18:56
Séparation du contenu
   L’arme portait bien son nom. Le fléau. Encore un outil qui a été détourné de son origine paysanne pour nuire à son prochain. Utilisé autrefois pour battre les grains, quelqu’un s’en était probablement servi pour se défendre et avait trouvé l’outil particulièrement efficace. L’idée lui sera probablement venue plus tard de remplacer la courroie en cuir par une chaîne et la pièce de bois servant à battre le grain par une boule en fer hérissée de pointes. L’arme se révèle être particulièrement efficace contre un adversaire muni de bouclier. La chaîne permet à la boule de passer au-dessus de celui-ci et broyer directement la main de celui qui pensait avoir une défense imparable. L’arme semblait difficile à manier. Evidemment il ne suffisait pas de faire des moulinets en espérant que l’adversaire ne tente jamais d’attaquer. Un bouclier assez solide pouvait tout de même arrêter net la boule ornée de piques. Soit. Le défi serait intéressant. La fabrication des maillons requérait beaucoup de doigté. Bien moins que créer une armure de mailles mais tout de même. Chaque maillon devait être identique, d’assez bonne longueur mais pas trop et devaient être en suffisamment grand nombre pour garantir une bonne mobilité à la boule.  Je décidais de forger cinq maillons que j’emboitais entre eux. Trop peu. Peut-être deux de plus. Je m’attelais à la tâche. Pas mal. Un de plus et en comptant l’anneau de la boule et celui du manche cela fera dix.

   Je m’occupais ensuite du manche assez court et capable d’accueillir deux mains. J’ajoutais un manchon en acier orné d’un anneau que je fixais à l’aide de plusieurs rivets chauffés à rouge afin que le bois ne se fende pas. Le cœur de l’arme, la boule, ne sera pas bien difficile à créer. Je partis d’un lingot simple que j’avais au préalable inséré dans le foyer de la forge. Je sortis le bloc de métal du four qui était alors devenu malléable puis formais une boule grossière à l’aide d’un outil incurvé. J’étirais plusieurs parties de la boule afin de former des pointes dont j’affinerais la forme une fois le métal refroidi. Les pointes n’avaient pas besoin d’être trop tranchantes, elles devaient surtout être suffisamment solides pour percer une armure sans plier.

   Je m’occupais enfin de concevoir un anneau épais sur la boule hérissée de pics et l’intégrer à la chaîne. L’arme était loin d’être aussi noble qu’une épée mais avait le mérite d’être plus efficace et imparable par cette dernière. L’armure cabossée de la forge reçu un premier coup de l’arme nouvellement forgée. Comme je l’attendais, les pointes percèrent un trou dans l’armure. Parfait ! D’un coup sec, je retirais l’arme du mannequin et effectuais un second moulinet. Cette fois-ci, en revanche, assez maladroitement. Si bien que je manquais de m’éborgner. Heureusement, j’avais eu le réflexe de lâcher l’arme et celle-ci s’était écrasée contre une table avant de tomber sur les dalles de pierre. La chute provoqua un boucan qui avait dû s’entendre jusque dans les rues voisines. Laissons l’utilisation de cette arme à ceux qui savaient s’en servir. Fléau. Un fléau autant pour l’ennemi que pour le combattant qui le manie.

   Etant fort satisfait de cette nouvelle arme, je décidais d’en forger une seconde.




[Fabrication de 2x Flé'Haur'Tensia (58 Fer et 4 bois de sureau) à vendre à l'HDV]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 265
Expérience : 967
Masculin Âge RP : 38

Politique : 00
Métier : Forgeron d'armes - Compagnon
Titres:

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 10 644535102010/2010Forge des forgerons - Page 10 242396barresante02  (2010/2010)
Vitesse: 518
Dégâts: 757

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptySam 22 Oct 2022 - 14:47
Séparation du contenu
[RP pour la quête IX. L'épée bâtarde en platine]



   Cela faisait déjà quelques jours qu’un nain avait rejoint la forge et avec qui je partageais l’espace. Il ne s’était pas montré très loquace. De temps en temps il reniflait d’un air dédaigneux dans ma direction ou regardait mon travail d’un air moqueur. Je décidais alors qu’il serait de bon ton de ne pas le contrarier et qu’il n’était pas digne que je lui adresse la parole. Je soupçonnais en réalité qu’il s’agissait d’un ancien mineur ne connaissant rien à l’art de la forge et copiant mes techniques. Du coin de l’œil, je voyais régulièrement qu’il faisait semblant de forger en face de moi en frappant sur l’enclume et non sur la barre de fer qu’il n’avait pas laissé assez longtemps dans le foyer de la forge. Lorsque mes yeux se posaient sur lui, il sursautait systématiquement et grattait sa barbe rousse broussailleuse de la façon la moins naturelle possible pensant que je ne l’avais pas vu. Une fois, alors que j’avais proposé de lui partager une ou deux astuces, il m’avait répondu : «  Boup ! C’est pas un écailleux qui va appr’rendre à un nain comment tr’ravailler le métal ». Ce nabot avait sa fierté mais elle ne le mènera nulle part. Alors que j’allais commencer la confection d’un ceste, un homme entra en trombe dans la forge et étala des rouleaux de parchemin sur une table chargée d’outils. Occupé à ramasser ses papiers, je ne pouvais voir que son crâne dégarni.

- Je peux vous aider ?

   Il leva la tête vers moi tout en enfonçant ses bésicles cuivrées sur son nez aquilin. Ses doigts fins et allongés semblables à des pattes d‘araignées saisirent un des rouleaux de parchemin et me le tendirent.

-Je me présente, je suis Görnich Pägenseit. Je travaille pour Leiglo Delnich, maître de la guilde des commerçants. Je vais faire court : Après le tournoi de Stellaraë, il est de coutume que les participants ainsi que les mécènes paradent en ville. C’est pourquoi, nous avons besoin d’armes d’apparat. Mais en ce moment nous sommes en manque de main d’œuvre. J’ai examiné moi-même certaines de vos armes, elles me semblent de qualité. Alors je vous confie la tâche de me créer une belle arme pour un petit mécène.

   Le parchemin représentait le croquis d’une épée dite « bâtarde » du fait de la longueur de sa poignée pouvant accueillir soit deux mains soit une seule avec un gros gantelet de plates. Malgré son nom, cette épée n’en restait pas moins noble. Le cahier des charges préconisait des proportions de métal précieux mais la forme de la lame, du pommeau et de la garde étaient libres, du moment que l’arme était équilibrée. L’épée pourrait difficilement servir à combattre mais elle devait donner l’illusion du contraire.

- Très bien. Ce sera un défi pour moi, mais j’accomplirais votre commande.

   L’homme enroula ses parchemins qu’il fourra dans un gros sac, quitte à les froisser et répondit d’une voix pleine d’entrain :

-Bien ! Bien ! Parfait ! Les matériaux vous seront livrés. La guilde vous offrira également une épée de légende ayant appartenue au célèbre guerrier oriental Kyo Shin Zamurato.

- Qui ? S’enquis-je en plissant les yeux.

-Kyo.

   Görnich me regarda droit dans les yeux, comme si j’étais censé connaître ce soit disant héro. Je commençais à douter du caractère « légendaire » de l’épée qu’il comptait m’offrir mais je verrais en temps voulu. J’acquiesçais lentement et saluait l’étrange homme. Lorsqu’il tourna les talons, j’aperçus une fine queue simiesque naître à la base de son dos. Elle s’agitait avec entrain alors qu’il sortait de la forge. Très étrange. Intrigué, je suivis l’individu. Je fis deux enjambées pour sortir de la forge, tournais la tête vers la direction où je l’avais vu partir, mais ne vis rien. Il avait disparu. La seule chose inhabituelle que je pus apercevoir fut ce gros singe gris grimpant sur un toit. Je fus surpris de le voir avec un énorme sac rempli de rouleaux de parchemins. Vraiment très étrange. Cette ville était pleine de surprises et de créatures bizarres.

   Je profitais du fait que j’étais sorti de la forge afin de me diriger vers l’hôtel des ventes. Les rues étaient toujours aussi bondées. Je me faufilais entre les passants et après plusieurs dizaines de minutes, parvins enfin à atteindre les quartiers commerçants voir rupins de la ville. Le bâtiment de l’hôtel des ventes était immense mais pas encore assez pour accueillir la foule qui s’y massait. Je passais commande de minerais d’or et de platine qui serviront à forger l’arme d’apparat. Bien qu’ils aient tout en stock, ils ne pourront me livrer que le lendemain. En retournant à la forge, je m’attèlerais donc à avancer la conception de nouveaux cestes, cette fois-ci en créant des gants en cuir de différentes tailles et non simplement une lanière que tiendrait constamment l’utilisateur. De cette manière, l’arme pourrait toujours être équipée.

                                                                          ***

   Le lendemain matin, je reçus en main propre les minerais commandés. Le platine était rare et par conséquent très précieux, bien plus que l’or. Je n’avais pas encore travaillé ce minerai mais j’avais déjà discuté avec certains joailliers qui parlaient de cette matière malléable et agréable à travailler. Cependant il était moins « mou » que l’or et sa température de fusion se rapprochait de celle du fer.

   Je mis à fondre de l’or qui sorti liquide du bas fourneau en quelques minutes. Au préalable, j’avais méticuleusement nettoyé le moule qui accueillait habituellement le fer afin de ne pas polluer l’or.  En refroidissant, il prit son emblématique couleur jaune Soleil. Le nain qui était également revenu écarquilla les yeux, fasciné et me regarda battre le métal pour former une belle lame dorée. Le métal était malléable et très facile à travailler même à froid. Il me fut très aisé de le plier à ma volonté pour obtenir la forme que je désirais. Une lame fine, longue et légère.

   Ce fut ensuite au tour de la garde que je décidais de réaliser en platine. Le métal était assez simple à marteler mais je décidais plutôt de l’utiliser à chaud pour lui donner une forme moins ordinaire. Je l’étirais, l’arrondissait, le sculptais pour obtenir courbes et volutes. Une garde aérée, légère et raffinée. Le platine étant plus précieux que l’or, il était normal d’en faire la pièce maîtresse, celle qui attiserait bien des convoitises. Du moins je l’espérais. Après de longues heures à travailler sur la garde aux formes organiques, je m’attaquais ensuite au manche que je décidais de réaliser en bois poli. Le pommeau, quand à lui, sera en acier, il m’en restait juste assez d’une ancienne création pour le réaliser. Je le fis dans le même style que la garde. Le fer étant plus dense, il équilibrerait plus facilement l’arme. Je réalisais tout de même le pommeau dans le même style aéré et organique que la garde. Je créais de fines tiges en acier que je vins torsader toutes en même temps à l’aide d’une paire de pinces. J’attendis ensuite que le métal refroidisse avant de le fixer sur le manche. Je testais la prise en main qui n’était pas mauvaise, le centre de gravité quant à lui, était situé à la base de la lame ce qui n’était pas mal pour une arme ne servant pas à se battre. Avec les quelques morceaux de platine qu’il me restait, j’ajoutais de fins filigranes sur le bois du manche. Pour finir, je gravais mon nom de famille discrètement à la base de la lame en or. Je polissais ensuite le tout et nettoyais l’arme pour lui donner d’avantage de brillance. L’or était vraiment splendide mais le platine encore d’avantage. Sa couleur était plus sombre que de l’argent ce qui donnait encore d’avantage cet aspect élégant et raffiné. Je ne pensais pas être capable de créer une telle merveille, ni être digne de métaux aussi précieux. Cependant, avec du temps et de la pratique il était possible de tout réaliser.

   Le nain grognon qui n’avait pas quitté des yeux le processus de création de mon arme, me présenta à son tour un couteau simple mais plutôt réussi. Lui aussi avait progressé. J’acquiesçais lentement en examinant l’outil.

-J’ai appr’ris en vous obser’rvant. Avoua le nain avec une humilité que je ne lui reconnaissais pas.

   Alors que je voulais lui répondre, l’homme-singe apparu dans l’encadrement de la porte. Etrange qu’il soit déjà là alors que je venais à peine de terminer ma pièce. Il se précipita vers mon œuvre, la saisi entre ses doigts longilignes, l’observa attentivement avant de conclure :

-Bien ! Bien ! Ce n’est pas la plus belle que j’ai vu mais c’est original et bien fait. Bien ! Voici votre paiement et votre arme légendaire !

   Il posa la dite arme, emballée dans de la toile de jute, ainsi qu’une bourse de pièces d’or sur un établi.

-Bien ! Je vous laisse, j’ai à faire.

   Puis il partit avec l’arme d’apparat aussi vite qu’il était venu. Je regardais le nain qui haussa les épaules puis déballait la fameuse épée.  La lame était fine, très légèrement courbée, avec un seul tranchant. La garde était assez simple et le long manche capable d’accueillir deux mains était en bois recouvert de tissus. Je la testais sur un mannequin de paille en frappant horizontalement avec force. Le manche en bois qui tenait sa tête fut tranché net.

- Ce n’est sûrement pas une arme légendaire mais ça me semble plus que correct.  

   Je me tournais à nouveau  vers le nain qui opinait du chef.

- Et vous, quel est votre nom ?  

-Karazaï.




[je prendrai le Katana en récompense]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Personnage Non Joueur
Le Marchand

Messages : 5771
Expérience : 21100
Masculin

Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 EmptyLun 14 Nov 2022 - 2:59
Séparation du contenu
Rapport de fabrication :

Sslozmek Hann fabrique x1 Faux gère, x1 Lil'ance, x2 Flé'haur'tensia, x1 épée bâtarde en platine. Il remporte 25 points métier et 15 points bonus.

Informations complémentaires : Tu passes compagnon. Tu résous la quête IX et gagnes 300 pièces d'or + x1 Katana.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Forge des forgerons - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 10 Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

 Sujets similaires

-
» Forge des forgerons
» Forge des forgerons d'armures
» Forge des armuriers
» La Forge des Régions
» Liste des artisans forgerons d'armes et quêtes métier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Stellaraë :: Lieu d'artisanat - Les Forges-