AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Adrardas
Le Monde de Dùralas a précisément 2547 jours !
Dùralas, le Mar 20 Oct 2020 - 13:42
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Rowtag
Nouvel(le) habitant(e)

Rowtag

Messages : 36
Expérience : 374
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche125/125Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (125/125)
Vitesse: 122
Dégâts: 279

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyVen 31 Juil 2020 - 14:47

Une clameur animait les rues stellaroïses en cette douce après-midi. Un léger vent brassait ses habitants, rendant la chaleur du désert supportable, voire même agréable. Rowtag n'avait pas pour habitude de sortir le jour et qui plus est, sans artifices particuliers. Cette fois-ci, aucun chapeau, masque ou costume élégant n'ornementait son corps vêtu d'un simple pantalon et d'une chemise en toile. Ses deux cornes pourpres étaient dévoilées au monde, attirant quelques regards curieux. Déambuler à découvert semblait également être plaisant, de temps en temps.

Arriva le moment où il atteignit l'endroit désiré : les forges. En effet, le djöllfulin était en quête de matériel de haute qualité et, plus exactement, de quoi savoir être autonome. N'ayant pas trouver son bonheur dans les poches des gardiens et ne faisant pas confiance aux marchands, le filou n'avait que d'autres choix que d'apprendre lui même la fabrication de son futur arsenal. On est jamais mieux servi que par soi-même, n'est-ce pas ?

Après avoir repérer rapidement un des maîtres de cet artisanat, l'illusionniste changea discrètement d'apparence. Il fit disparaître ses cornes, arrangea quelques peu ses cheveux, et changea la teinte de ses yeux en une couleur plus banale. Le voilà qui demandait déjà à être l'apprenti dudit forgeron, se présentant comme un simple habitant de la capitale rêvant de devenir son élève. Bien sûr, il fallait débourser des pièces d'or et ce n'était en aucuns cas un obstacle pour lui.

-Allons bon ce premier cours te permettra d'appréhender les bases, de savoir nommer les différents outils. A la fin des premières séances, si tu te débrouilles bien, peut-être que tu sortiras avec cette arme, dit le forgeron en s'emparant d'un fléau. C'est un outil dévastateur, démonstration. Là, il s'élança avec la boule de pique et pulvérisa un mannequin en bois avec.
-Woh ! C'est incroyable ! s'étonna l'apprenti d'un air admiratif. *Quel cruel manque de subtilité...* Le maître lâcha un rire gras, fier d'impressionner le novice.

(Fabrication d'1 flé'haur'tensia, sans recourir à des matériaux grâce à la promotion, à mettre dans l'inventaire, merci !)
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Le Marchand

Messages : 4912
Expérience : 17659
Masculin

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyDim 16 Aoû 2020 - 22:36

Rapport de fabrique :

Rowtag fabrique x1 Flé'haur'tensia et gagne 5 points de métier.
Ainsi que 5 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Tu utilises la promotion de ton métier. Bonne fabrication, à bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Nouvel(le) habitant(e)

Rowtag

Messages : 36
Expérience : 374
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche125/125Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (125/125)
Vitesse: 122
Dégâts: 279

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptySam 22 Aoû 2020 - 19:49

Les quelques enseignements sur la forge prodigués par le maître artisan semblaient de plus en plus portés leurs fruits. Rowtag pouvait enfin commencer à être un peu plus autonome dans la confection d'arme et il allait pouvoir faire autre chose que des fléaux et hallebardes grotesques et sans aucunes finesses.

Dans l'atelier stellarois, il avait préparé son métal et projetait de fabriquer l'un de ses instruments préférés : la dague. Subtile, simple, petite et aisément dissimulable, cet outil n'en restait pas moins meurtrier pour qui détenait un minimum de dextérité.

Commençant par la lame, le djöllfulin dut prendre des heures et des heures avant d'obtenir une forme satisfaisante. Ensuite, il fallait polir sans cesses, préciser les arrêtes et affûter. Ceci fait, il fixa un petit médaillon représentant une fleur à la base de la pièce. Il était aussi important de savoir bien sertir une arme. Un grand engouement l'envahit quand il eut achevé son oeuvre par une lanière en cuir serrée au manche. Le poignard rudimentaire était terminé. Le voleur testa son tranchant, l'examina sous tout les angles, et, après un bref moment de silence, il écarquilla les yeux.

-Encore ! s'exclama-t-il avec un sourire carnassier.

Compte-rendu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Zolero
Habitant(e)

Ziggy Zolero

Messages : 58
Expérience : 504
Masculin Âge RP : 228 ans

Politique : 00
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy [Modifié] +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche1520/1520Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (1520/1520)
Vitesse: 262
Dégâts: 373

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyVen 28 Aoû 2020 - 15:14

Mon arrivée à Stellarae arrivait bien plus vite qu'escomptée. Grâce à une rencontre fortuite le long de la route de la forêt de Sapins, nous embarquions à bord d'une calèche de petite bourgeoisie à direction de la Capitale. Les propriétaires du véhicule, exaspérés par le raffut de leur fils unique, intenable, trouvèrent en mes capacités de conteur un payement convenable.
J'ordonnais à Sval de dormir, à l'arrière avec les bagages, ses manières pouvant nous coûter au mieux une exclusion, au pire une arrestation. Il ne bronchait pas, et sembla comprendre, ce qui me fit apprécier son caractère un peu plus.

La ville était tout simplement époustouflante, et avait au moins doublé de volume depuis mon séjour en ses cachots il y a de cela deux siècles. Lorsque du désert j'apercevais ses murailles de sable, où étaient postés une multitude d'armures armées de piques, j'en fus bouche bée. Les murailles faisaient la taille de grandes collines, et de son intérieur résonnaient des bruits de sabots, et une agitation propre à une place du Marché foisonnante.

Nous franchissions les portes, et je détournais mon attention de l'abject rejeton enfin apaisé et endormi, pour scruter au travers des petites fenêtres l'intérieur de Stellarae.

Quel joyaux architecturale les Humains tenaient là ! Les maisons, plus ou moins grandes, avaient parfois plusieurs étages et certaines laissaient entrevoir des travaux afin d'en rajouter, tandis que des dattiers et palmiers rendus vigoureux par le climat local délimitaient les espaces piétons des routes spacieuses habituées aux vas et viens de la noblesse.
Mes yeux caressaient chaque fontaine de marbre blanc, chaque buisson aux couleurs vives, d'une affection toute nouvelle ; les sinistres cimes de Spelunca étaient loin derrière moi, et que le monde apparaissait grandiose au soleil !

Je demandais à descendre à la place du Marché, non sans adresser furtivement un geste obscène au marmot qui, maintenant réveillé, tentait de forcer la chaîne d'or de mon manuscrit. J'étais réellement navré pour ces parents dont le rejeton semblait imperméable à leur gracieuse éducation.

Mon compagnon semblait lui aussi en proie à l'extase devant pareil changement de paysage, et nous restions quelques longues minutes côte à côte à simplement observer le va et viens des passants aux robes et tuniques colorées, à jubiler devant les annonces de prix bas des marchands de tapis, et à s'émerveiller des courbes de quelques danseuses au coin de ruelles discrètes. Que le satin de leurs accoutrements semblait séduisant !

Au bout d'un moment, Sval me tirait de ma torpeur pour me faire signe de le suivre. J'obtempérais, me laissant guider au travers de ce qui m'apparaissait comme un dédale de sable et terre battue pour arriver devant un bâtiment colossal aux abords d'un carrefour, d'où s'échappait une épaisse fumée noire.

Les Forges.


- J'connais un peu la ville, il y a pas mal de potes à moi ici. J'te laisse, j'dois aller voir quelqu'un ça sera p'têtre long. Cherche un gars appelé Fred, dedans, il s'occupera de te donner tes matériaux, et rendez-vous au Canari Jaune après.

Je lui recommandais la prudence en ces lieux, et m'engageais dans ce qui semblait être un enfer sur terre, si bien que je griffonnais ressentir le froid dans mon livre au bout d'à peine quelques secondes à l'intérieur. La Forge était d'une taille colossale, avec une dizaine de fours disposés ça et là, des marteaux et des enclumes assignés à chacun d'entre eux, et un bruit constant de fer frappé me fit au départ sursauter. Des hommes et des femmes ouvraient, parfois en groupe, à confectionner les arsenaux de demain, et je m'interrogeais quant à la facilité de dénicher "Fred" parmi tous ce monde, lorsqu'une voix venu d'au-dessus de ma tête m'indiquait ne plus avoir à le faire.

- Ziggy Zolero, renard rusé, tu t'es sorti du piège des mercenaires de la Congrégation alors !

Forge des forgerons - Page 9 Fred
Frekelet Danorkash


L'orc qui se tenait adossé à une rampe d'escalier ne s'appelait pas Fred mais Frekelet Danorkash, et je l'avais j'adis accompagné dans une quête pour secourir quelque noble à Hukutav -ce qui s'avéra être en réalité un règlement de compte destiné à faire payer mon ami pour quelque coucherie avec la femme dudit noble-.

- Je vois pourquoi tu préfères Fred, désormais, mon ami. Viens là que je t'enlace, je te croyais mort !

Quarante ans avaient passé depuis l'embuscade d'Hukutav, et le robuste guerrier que j'avais connu était désormais un solide vieil orc, fier d'une barbe fournie, et d'un nombre incalculable de cicatrices. Certaines, surtout le long de ses bras, étaient vestiges de brûlures, mais d'autres aux épaules et au menton (les visibles) présentaient de bien trop parfaits sillons pour être accidentelles. "Fred" avait laissé de côté le travail de mercenaire après cette fâcheuse affaire, qui faillit bien lui coûter la vie, mais continuais visiblement d'aider des Sval dans leurs entreprises desquelles il tirait un bénéfice raisonnable.

- Bah, entre ça et la vente de mes armes, je gagne plus en m'usant moins. Sérieusement ne te met jamais ces psychopathes à dos, pour chacun d'entre eux à qui j'arrachais la tête, il en venait le double quelques semaines plus tard... c'est pourquoi je suis Fred désormais. Et que tu me connais parce que je t'ai... il cherchait autour de son atelier quelque chose, et finissait par me tendre une dague vendu une dague il y a de ça un mois. Et puis, tu veux être Forgeron non ? Alors je serais ton mentor. Je te dois bien ça, je vois encore tes pages voler autour de leurs capuches noires comme le cul d'un Nain pour s'enrouler à leurs dagues ! Ahahah
- Ohoh ! Je ne suis qu'un simple écrivain désormais ! Loin de moi l'époque des expéditions et canailleries, je m'applique aujourd'hui seulement à relater l'histoire, pas à en être l'acteur !
- On en sort jamais vraiment, Ziggy, même toi qui était le moins sanguinaire de la bande tu dois le savoir. Il y aura toujours un fils de chienne pour venir te rappeler qui tu étais et ce que tu as fais. Ce monde, a contrario de tes livres, n'embelli jamais la vérité bien au contraire... Enfin, assez papoté on dirait ma femme ! Faudra que je te la présente, c'est une petite Elfe du nom de Salfyre qui a un de ces culs. On a plusieurs gosses ensemble, aussi ! Il y a Claire, Stalfa et Hydris, tous de vrais petits monstres. Le plus grand, Hydris, est enrôlé chez les Gardiens d'ailleurs ! Un brave gus ! Mais bref, oui, je radote ! Voilà tes matériaux.

De le savoir marié et heureux, père qui plus est, me fit sourire chaleureusement. Rien de tel que de retrouver une vieille connaissance pour se mettre du baume au cœur. Il m'expliquait le principe du métier, à savoir, confectionner une arme en taillant le bois et fondant les minerais, sans trop de détails car de toute façon je n'allais pas de suite m'attaquer à d'exceptionnelles confections, et j'écoutais attentivement. Même si j'userai de ma plume magique pour accomplir mon oeuvre, il me faudrait être capable de détailler suffisamment l'objet, sa texture, ses formes, de manière précise pour ne pas me retrouver avec une transmutation déficiente ou impossible à manier par exemple.

Mon objectif d'aujourd'hui était le Flé'Haur'Tensia et je regardais longuement les modèles pendus ça et là dans l'atelier pour m'en inspirer, avant de jeter dans la forge le minerai et de commencer à rédiger :


"Un paladin d'une arme équipée, par un fléau est toujours mieux habillé, chaîne longue et bout hérissé forment une belle paire avec son bouclier. Du métal liquéfié s'érige un nouvel armement, par ma magie transmographié. Le bois mon arme vient compléter, d'un solide manche elle pourra bénéficier !"

En une explosion de bulles et fumée jaillissant de mon ouvrage mystique je voyais les matières fusionner et se distordre dans un spectacle lumineux avant de terminer ma récitation par l'intonation -aussi importante, en dépit de sa théâtralité, dans n'importe quelle formule magique - nécessaire.

"Apparais ! Flé'Haur'Tensia !"

Le fruit de la transmogrification se posait doucement sur l'enclume du four où nous étions et je remarquais la présence de plusieurs individus, sans doute attirés par le spectacle, qui applaudirent ou lâchèrent des "Oh" surpris. Ce rassemblement arrachait un rire à Fred, qui les chassais de son faux ton d'ogre bougon :

- Du balais, vous applaudirez quand il m'armera à nouveau de haches légendaires, vous avez jamais vu un magicien ? puis, quand il n'y eut personne, il me dévisageait T'es plus un vampire, je me trompe ? C'était toujours aussi beau à voir, mais foutrement plus faible comme magie.
- Si ta femme ne m'en voudra pas de t'emmener au Canari Jaune, je peux t'expliquer !
- Bah, elle est serveuse là bas, elle boira avec nous ! Vendu, mon ami.




Forge des forgerons - Page 9 Ziggy-signature
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Le Marchand

Messages : 4912
Expérience : 17659
Masculin

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyMer 23 Sep 2020 - 12:31

Rapport de fabrique :

Rowtag fabrique x2 Dagues camélias et gagne 10 points de métier.
Ainsi que 5 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Rien à redire !




Rapport de fabrique :

Ziggy Zolero fabrique x1 Flé'haur'tensia et gagne 5 points de métier.
Ainsi que 10 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Tu profites de la promotion métier.

Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Zolero
Habitant(e)

Ziggy Zolero

Messages : 58
Expérience : 504
Masculin Âge RP : 228 ans

Politique : 00
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy [Modifié] +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche1520/1520Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (1520/1520)
Vitesse: 262
Dégâts: 373

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyMar 6 Oct 2020 - 0:46

J'avais accumulé, au fil des semaines et jours me séparant de ma dernière venue aux Forges, assez de minerais pour me lancer dans la confection de dagues. Selon Fred, les dagues étaient un exercice pratique fort intéressant tant elles permettaient de saisir les nuances du métier ; leurs fines lames demandaient une attention continue dans le maniement des instruments, l'intensité de la chaleur, et la précision globale me permettrait de progresser de manière satisfaisante. Le but des pratiques en compagnie de mon Maître Forgeron étant que je sois capable de m'en passer par le futur, car bien qu'il fut d'une grande sympathie, mon ami avait lui même ses œuvres et vie desquelles s'occuper.

Aujourd'hui je rentrais un peu plus serein, ayant pris mes dispositions pour venir habillé léger, et seulement muni de mon Livre de Guthemberg et ma Plume d'Oie Dorée, si bien que les braseros environnants ne me firent le plus bon effet au lieu de m'étouffer comme il avait jadis été question. Passant quelques enclumes, je me dirigeais vers l'atelier de Fred à l'étage, et je l'y trouvais occupé avec un homme à la maigre carrure, aux cheveux noirs, très jeune. Penché au-dessus de la table, il faisait disparaître une ligne de poudre blanche avant de planter deux yeux bleus dans les miens. De la main qui tenait un porte-cigarette, il me pointait, laissant dans le sillage de son mouvement une fumée aux formes rondes.



Forge des forgerons - Page 9 Vermillon
Vermillon Coursimphone

- Est-ce lui, Forgeron ? j'étais frappé par sa jeunesse. Je ne lui aurais donné même pas la vingtaine, mais tant ses habits que ses manières m'inspiraient des souvenirs Spelunciens. Bons ou mauvais, cela restait à déterminer.
- Tout à fait. Je vous laisse tous les deux, Sire Coursimphone saura t'expliquer ce qu'il veut de toi.

Fred disparu sur le champ, et je fus frappé de stupeur car j'avais la certitude que son visage présentait une irritation certaine, or chez les Orcs, on ne retenait sa rage que pour deux raisons ; la vengeance, ou la peur. Et mon ami avait dit au revoir à la première depuis longtemps.

Ne se souciant guère de saluer Fred, l'adolescent se mit debout, présentant une taille aussi grande que la mienne et commença à m'inspecter en n'hésiter pas à s'approcher pour me renifler. Sa cigarette sentait le pavot et les herbes, et je fus certain que son contenu pourrait aisément assommer un cheval. Pris de court par son manège d'inspection, je restais là, immobile à me laisser analyser sous toutes les coutures, en détaillant les habits de mon interlocuteur silencieux qui se fendait de "Humm..." pour seuls dialogues.
Il était habillé à la dernière mode vampire, comprenez là, qu'il était poudré, un faux grain de beauté au coin des lèvres, et portait des talonnettes. Un instant il me rappelait quelque arlequin drapé d'or et je faillis rire, mais je mis ça sur le compte de la drogue envahissant rapidement l'habitacle, couplée à la chaleur des Forges.

Au bout d'un interminable moment, il collait son visage contre le mien et me souriait. Son haleine sentait la framboise et la pomme d'amour, et je constatais avoir affaire à un très beau garçon. Presque féminin dans la délicatesse de ses traits.


- Quel plaisir pour vous que de me rencontrer. Vermillon Coursimphone, pour vous servir. j'imitais sa courbette. Je planais totalement. Trois chevaux, sa cigarette pouvait en assommer trois.
- Ziggy Zol... sa main se posait sur mes lèvres.
- Vous parlez quand je vous dis de parler. Bien ! Au travail, deux dagues, illico presto s'il vous plaît, merci !

Sans chercher à comprendre, plutôt mal à l'aise, j'obtempérais et sortait les lingots nécessaires que je posais sur la table, après avoir décliné une trace de quoiqu'il aspirait par les narines. En énorme quantité. Sans me quitter des yeux. C'était anatomiquement possible d'ailleurs ? Et puis cette fumée... la pièce était plongée dans une brume presque palpable, aux odeurs d'agrumes et de tranquillisants.

Chacun de mes mouvements était douloureux, si bien que lorsque j'ouvrais mon livre je me sentais obligé de lui faire part de mon état second. Il se tapota les lèvres d'un air profondément vexé.


- Mais enfin, fallait réfléchir à ça avant de devenir humain. Vous voulez l'expérience humaine en pack complet ? En voilà une d'expérience ! Forger défoncé ! Hahaha !

Tout devenait flou, par la suite. J'enchantais, il me balançait très posément que je devais être le magicien le moins doué de la terre, que mes parents devaient être le résultat du croisement entre des bancs et des aqueducs, et que si je comptais utiliser mon Livre comme ça je ferais tout aussi bien de me défenestrer sur le champ.

Ensuite je voyais des roses et des balles de chiffon voler dans l'air, me heurter au ralenti, planer jusqu'au plafond, retomber en se dissolvant dans la brume. J'entendais des ricanements dans les ombres, et les lingots d'acier brillants m'aveuglaient, je goûtais le feu et voyait la chaleur, tandis que Vermillon guidait mes mains vers ma plume.


- Bon, j'admet avoir voulu tester vos limites. Mais vous êtes encore en vie, hourra ?Tenez, respirez par le nez ! Bon garçon. Aller on s'y remet.

Sa voix me provenait d'au delà milles continents, et, tandis que je volais au-dessus de lumières phosphorescentes, je sentais mon cœur s'emballer. Arzan, le pégase que j'avais récemment acquis et qui ne devrait pas du tout se trouver ici galopait autour de moi en répandant des traînées d'étoiles.

- Hiiiihiiiiii ! Je suis un étalon ! Hiiiiihiiiii ! Veux-tu faire des expériences sur des êtres vivants ? Ou des gaufres ?! Oh des gaufres ce serait trop bon ! Hiiiiiihiiii

Les étoiles me rendaient tout puissant, tout comme la Lune qui elle aussi, m'encourageait en frappant des mains. Go Ziggy ! Go Ziggy ! Go !

- Je dois forger mes dagues, les gars. Laissez-moi me concentrer ! Où sont mes lingots ? Arzan tu les as vu ?
- Juste à côté du porte-manteau, mon cher.

Je m'éveillais, ne m'étant pas rendu compte avoir dormi, ankylosé comme si des siècles s'étaient écoulé. Vermillon se tenait assis, les jambes croisées, sur un tabouret et continuait à fumer, lorsqu'il me vit ouvrir les yeux il n'eut d'abord aucune réaction, puis lentement, comme s'il se souvenait qui j'étais, il m'apportait deux dagues.

- Ne parlez pas, vous devez avoir la langue totalement déchiqueté vous avez serré les mâchoires autant qu'un nain atteint de la courante. Bon côté des choses ; vous avez dépassé mes attentes, comprenez là que vous n'êtes pas décédé ! hourra ! Deux dagues, et un potentiel magique certain, on se reverra !

Ziggy fabrique (à son grand étonnement) deux dagues Camé(lia)




Forge des forgerons - Page 9 Ziggy-signature
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Le Marchand

Messages : 4912
Expérience : 17659
Masculin

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyMar 6 Oct 2020 - 21:25

Rapport de fabrication :

Ziggy Zolero fabrique x1 Dague Camélia et gagne 10 points de métier.
Ainsi que 15 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Félicitations, tu passes au rang apprenti et tu as maintenant accès au tiers 6.
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Zolero
Habitant(e)

Ziggy Zolero

Messages : 58
Expérience : 504
Masculin Âge RP : 228 ans

Politique : 00
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy [Modifié] +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche1520/1520Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (1520/1520)
Vitesse: 262
Dégâts: 373

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyLun 12 Oct 2020 - 0:10


Je m'éveillais, le crâne douloureux, dans l'établi de forge de mon ami Orc. J'avais dormi à même le sol, et mes vêtements sentaient l'infect mélange de tabac et d'alcool de la veille. Les volets clos j'ignorais et me fichais bien de l'heure qu'il était actuellement, j'avais néanmoins remarqué quelques uns des amis de Sval dormant un peu plus loin, et me demandais pendant un court instant comment j'étais arrivé là quand un éclair d'illumination (chose si commune aux poivrots) me frappait.

Merde.

Tout avait commencé lorsque Sval était arrivé à l'auberge où nous logions, proche du Canari Jaune, en m'annonçant le début de la saison d'Halloween et de ses festivités si particulières -que j'affectionne tout particulièrement, n'ayant que de bons souvenirs des soirées déguisées de l'aristocratie Speluncienne-. J'acceptais de l'accompagner, pour la première fois, à l'une de ses petites sauteries.
Quelle ne fut pas ma plaisante erreur, même si au fond je savais ce qui m'attendais, lorsqu'à peine arrivés dans une cave de la Capitale une musique issue des dérives technophiles faisait danser une horde de jeunes esprits pleins de mauvaises intention sous mon regard ébahi, et celui beaucoup plus amusé du Pirate.

Il m'emmenait à travers la foule, non sans me fourrer une galette lunaire en bouche, jusqu'à rejoindre ses amis. C'était un groupe assez étrange que je découvrais, composé d'individus au style vestimentaire situé entre le décadent et le cauchemar de tout couturier et j'apprenais que l'on pouvait avoir des bouts de métal plantés à divers endroits du corps humain.
Je faillis d'ailleurs consentir à me percer le téton, mais y renonçait à la dernière minute, ayant mon premier éclair de lucidité de la soirée.

On poursuivait la fête comme il est coutume, et lorsque je ne montrais pas comment on pouvait adapter la valse Speluncienne à la musique technophile, j'accompagnais Sval, ou un garçon dont je ne retenais pas le nom, aux latrines pour diverses raisons ; drogue, sexe, ou parfois même les deux. Fort heureusement, là où l'acte relevait du travail de Guetteur à la Cour Vampire, toute la jeunesse Stellaroise semblait se succéder en ces lieux pour les mêmes motifs et j'embrassais plus de bouches en cette soirée qu'au cours de la dernière décennie.

Ensuite, je crois qu'un fils d'aristocrates, trop ennuyé par douloureuse condition de riche, après que j'ai effectué le minimum nécessaire pour le convaincre de son acte de franche dissidence à se présenter aux soirées de la "populace" (comme il employait lui même le terme) et qu'il était plutôt séduisant, nous a gratifié de deux bouteilles de champagne, que l'on emportait en promettant revenir le chercher pour continuer à faire la fête.

Où allions-nous demanderez vous ?
Bonne question, je crois que nous avons déambulé dans les rues, je suis certain d'avoir, avec les donzelles du groupe, imité des courtisans sur les pavés, et je me souviens aussi avoir fuis des Gardiens exaspérés par nos commentaires sur leurs fessiers, pour nous trouver refuge dans les Forges de Fred dont j'avais conservé les clés. Je suis certain que le dénommé Alex était plutôt partant pour un after en notre compagnie, mais la faute à son supérieur, un vieil énergumène auquel on présenta en riant nos majeurs, Alex déclinait.

Alors que la plupart du groupe partait explorer les lieux, inhabités par leur chaleur habituelle en ces heures matinales, je montais avec Sval à l'étage, directement chez Fred où nous pourrions nous enfermer pour dormir. A ce stade j'étais plutôt sobre, et je me demandais comment j'allais sortir ces diables de mon lieu de travail avant qu'on ne nous flanque en prison, mais Sval, mon bel ami, me collait d'un doigt une galette lunaire en bouche.


- On le vit notre rêve Stellarois, mon pote. Je dois plus rien à personne, et tout coule à flot. Il débouchait une des bouteilles de champagne, me demandais à ouvrir grand la bouche, et m'en versais directement dans le gosier. Je manquais de m'étrangler, mais ne pouvait restreindre mon rire. Je roulais sur le sol, ventre à terre et l'observais.
- Oui, le voilà le rêve Dùralassien, mon frère. Une longue nuit, interminable, pleine d'or et d'ivoire à couper, de belles filles et de Pirates testostéronés prêts à se battre sans raison valable. L'Hymne national de la Couronne : des catins et du champagne ! Hahahaha ! On y est, Sval. Et je pense qu'il serait temps de.... je manquais de tomber en me relevant, me cognant en riant contre le bord d'une enclume. Puis, très solennellement, je m'emparais de la bouteille et lui en versait la moitié sur le visage, en déclarant Faire grandir notre petit arrangement. Regarde nous, on va pas faire ça ici, pour toujours. On est trop incandescents pour rester de vulgaires roublards toute notre vie. Sval le Rustre, putain je connais toujours pas ton nom de famille, on va conquérir les Sept Mers !

Nous portions un toast, en nous servant des deux bouteilles comme verres, puis le reste de la fête se finissais comme il devait se finir. Trop d'excès, et je crois une orgie.

La tête lourde je terminais de me remémorer toutes ces choses, un peu gêné de me constater loin de mes habitudes morales une fois enivré, lorsque Sval émergeait lui aussi, et me rejoignait aux côtés des lingots que je fixais. Il me tapait l'épaule.


- Bien dormi mon pote ? T'as pas oublié hier hein ? Pour moi ça compte, on va aller voler un navire, ou j'sais pas, mais on va vraiment le faire ! On va devenir Pirates, des vrais !
- Je n'ai qu'une parole, envers toi du moins. Pour l'heure néanmoins j'ai une commande de deux dagues, et je crois que mes bras de réagissent plus aux commandes de mon cerveau. On avisera notre avenir brigand plus tardivement.
- Pas question. Dis-moi comment on forge ces merdes, ça doit pas être compliqué. Je vais t'aider.

En un sourire réciproque, nous nous attelions à fabriquer les dagues, puis nous mettions tout le monde dehors, et balayions même l'endroit.

Fabrication de deux dagues Camélia




Forge des forgerons - Page 9 Ziggy-signature
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

Le Marchand

Messages : 4912
Expérience : 17659
Masculin

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptySam 17 Oct 2020 - 0:29

Rapport de fabrication :

Ziggy Zolero fabrique x2 Dague Camélia et gagne 10 points de métier.
Ainsi que 5 points métier en récompense bonus.

Commentaires sur le RP : Rien de particulier à dire. À bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Zolero
Habitant(e)

Ziggy Zolero

Messages : 58
Expérience : 504
Masculin Âge RP : 228 ans

Politique : 00
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy [Modifié] +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
Forge des forgerons - Page 9 1559870510-barre-vie-gauche1520/1520Forge des forgerons - Page 9 1559871461-barre-vie-rouge  (1520/1520)
Vitesse: 262
Dégâts: 373

Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 EmptyAujourd'hui à 0:23

🎃

Les réparations du nef de guerre, récompense d'un petit service rendue à ma chère sœur, avançant à un rythme plus que suffisant, j'avais laissé pour quelques jours Sval à Ishtar pour vaquer à des occupations plus légères à Stellarae. J'avais commencé ma journée par quelques achats de première nécessité au marché ; des herbes aromatiques, de l'encre, et grâce à un détour par des ruelles un peu plus sombres quelques drogues.

Inaugurant la dernière partie de mes emplettes, j'allumait ma pipe au soleil couchant, en décidant de forger une dague grâce à ma magie aux abords de la Capitale, campant au plein air pour profiter de la nuit afin de me ressourcer loin du tumulte et de la population. J'aimais la solitude parfois, la quiétude d'une Lune chatoyante déversant sa lumière d'ivoire sur chaque surface terrestre, et le bruit calme du vent sur quelques feuilles mortes.

Profitant de la sérénade nocturne, je me laissais aller aux effets des graines de pavot et de l'herbe elfique, lorsqu'un bruit parasite attirait mon attention ; il se détachait de la scène sonore par une folle originalité, mélange de carillons et de murmures enjouées, et provenait de plus loin dans les bois. Le Ziggy Zolero d'il y a quelques mois aurait rechigné à quitter la sécurité des abords de la route principale, mais j'avais acquis un goût du danger certain, et mon esprit rendu curieux par les paradis artificiels m'ordonnais de partir rechercher la source de cette musique envoûtante. 


Ding! Ding! Ding!

Oh ! Le voilà qui recommençait, et un peu plus fort cette fois ! Ni une ni deux, je tournais le dos à mon feu de camp, ordonnais à Guthemberg de créer une imitation des feux follets d'Hukutav et m'enfonçais dans les buissons ; mon corps quittait totalement les lumières de la ville, celle des braises aussi, pour se fondre aux ténèbres de la Toundra proche d'Arràn. Mes bottes tâtonnaient, écrasant feuillages et branchages inertes en de petits fracas, tandis que je tendais l'oreille pour mieux cerner la provenance de cette agréable sonorité. Je n'avais jamais entendu pareil chant d'oiseau ! Mais était-ce bien un oiseau ?
Une volute de ma fumée passa dans la lumière spectrale et vacillante du feu follet, décrivant des arcs insensés dans l'air, avant de disparaître.
Ce pourrait être n'importe quoi ; allant du bâton d'un mage à un animal, mais la dernière possibilité m'apparaissait comme plus plausible. Oh !


Dang! Ding! Dong!

La signature sonore avait varié ! La source semblait produire un chant allant de l'aigu au grave pendant un court instant, et je décidais de ne pas perdre plus de temps, je filais, courait à travers les branches, écartais divers buissons d'un coup de botte, et fut certain de me trouver à l'endroit d'où était émis le son, sauf qu'il n'y avait rien. Rien si ce n'était un espace nu de végétation entre plusieurs arbres vieux, blancs, et noueux.

C'est alors que mes sens de mages me transmirent un léger frisson. Quelque chose de surnaturel dans les environs... Quelque chose comme...

Mes yeux s'ouvraient, légèrement incandescents, alimentés par les arcanes afin de mieux voir dans le noir, et tombaient sur une bien curieuse fleur rouge.
Elle se tenait au centre du néant organique, d'une manière parfaitement symétrique aux arbres, comme s'ils lui avaient cédé un peu de leur forêt, ou qu'ils la fuyaient, et celle-ci, royale, se tenait là, ouverte, au zénith de sa floraison, en me gratifiant de son chant spectrale. Le mélange de carillons, de murmures abyssaux, et de chants reprit ;


Dang! Dang! Dong!

Des spores accompagnaient les glas, sortant de l'intérieur flamboyant de la flore bioluminescente, et allaient valser au clair de lune. Une multitude de paillettes cramoisies, qui me captivèrent totalement par leurs propriétés fluorescentes. Tout se spectacle semblait provenir d'un autre monde, et je demeurais là, fumant la pipe, les yeux rendues à des billes immenses, à regarder. Je dus en aspirer un peu, car la suite ne me revient pas entièrement.

Je trébuchais, tête la première, pour me retrouver agenouillé face à la reine de cette mini clairière, qui me gratifia d'une nouvelle volée de spores en plein visage. Dès lors, je toussais, me grattais la gorge, et me sentais empourprer comme si j'avais plongé dans une piscine d'orties. Je tombais dans les vapes, mais gardais les yeux ouverts, curieusement.
J'étais immobilisé depuis je ne sais combien de temps, lorsque je revenais à moi, toujours incapable de bouger. Le calme des arbres, le silence de la fleur, et l'immobilité ambiante m'angoissait à présent car tout ceci ressemblait beaucoup trop aux instants qui précèdent le bond d'un félin pour être rassurant. Je tentais de crier, mais ma langue, engourdie, ne me permit que d'émettre un gargarisme misérable. J'ordonnais à mes doigts d'appeler Guthemberg, mais ils n'arrivaient que très péniblement à s'étirer.

C'est alors qu'en faisant le tour de l'endroit comme je le pouvais de mes yeux piégés dans un corps ankylosé, j'aperçu un être sombre, agenouillé au-dessus de mes pieds, qui avait déchiré le tissu de mon pantalon, au niveau du genou, et y plongeait un appendice sorti de sa bouche en émettant des bruits sourds.
Le chaos s'empara de mon organisme. L'entité s'en aperçut, sans doute par variation dans le flux sanguin qu'elle buvait, et ses yeux, deux petites fentes rouges pleines de haines, vinrent se planter dans les miens. L'instant d'après il était à califourchon sur mon visage, sorte de démon mineur, au corps semi liquide, et approchait sa bouche hérissée de dents de la mienne. Au dernier moment, sa langue -si, par les Dieux on pouvait appeler ça comme ça!- sorte de mille pattes, vint lécher ma joue, et s'en fut trop pour moi.

Une déflagration arcanique jaillit de mes pores, heurta le diable, et je repris le contrôle de mon organisme.

L'instant d'après j'invoquais Guthemberg, lui ordonnais de s'agrandir et de me servir de monture volante jusqu'à l'auberge la plus proche.

Au petit matin, lorsque mon esprit avait été nettoyé des drogues et de l'atroce terreur qui m'avait envahie la veille, je fus certain que tout ceci n'avait été que pure extrapolation. La fleur en question devait disposer d'un mécanisme de défense, et m'avait tout simplement réservé le même sort qu'elle infligeait à ses prédateurs ; une belle terreur nocturne qui m'empêcherait de lui voler son pollen. Je retournais alors à l'endroit où j'avais camper afin de recouvrer les objets que j'y avais abandonné. Après tout, il me fallait encore forger une dague afin d'en retirer quelques belles piécettes.

Lorsque j'arrivais au campement, cette fois au zénith du soleil, là où la peur n'aurait pas du pouvoir encore s'emparer de moi, je trouvais un autre Ziggy Zolero, assis là à dévisager l'obscurité des buissons de la Steppe, et je restais un long moment à l'observer. Dos à moi, je pouvais néanmoins affirmer qu'il s'agissait de mon doppelganger.
Le veston, la chaîne en or qui sortait de sa poche, et même la coiffure, tout m'était tout à fait identique.

Au bout d'une interminable attente, où mon coeur menaçait de lâcher, il se retournait, un horrible sourire de dément rivé aux lèvres, pour se diriger vers moi. Je n'eus pas le courage de fuir, car mes jambes flagellantes menaçaient de s'écrouler au moindre effort, mon corps avait trop souffert depuis hier.

Sa démarche, son regard...
Son livre....
Sa voix ! Quelle horrible voix ! Aiguë et perçante, spectrale, semblable à des carillons et à des murmures de l'au-delà !


- Voilà pour moi, Ziggy Zolero. De moi, pour moi.

Il avait forgé une dague, qu'il me tendait. Une Dague Camélia parfaitement identique à celles que j'exécutais aux Forges. Mais lorsque je voulus l'interroger, relevant mon regard de l'arme, il avait disparu.

Ziggy Zolero (?) forge une Dague Camélia




Forge des forgerons - Page 9 Ziggy-signature
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Forge des forgerons - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Forge des forgerons - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: Lieu d'artisanat - Les Forges-