AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Gil Duavir
Le Monde de Dùralas a précisément 1720 jours !
Dùralas, le Lun 16 Juil 2018 - 20:38
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Le voile déchiré des sauvages [PW Valphégas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 183
Expérience : 1494
Masculin Âge RP : 26

Politique : 01
Métier : Forgeron d'armures - Maître absolu
Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1580/1580  (1580/1580)
Vitesse: 664
Dégâts: 616

MessageSujet: Le voile déchiré des sauvages [PW Valphégas]   Ven 29 Juin 2018 - 14:39

Valphégas semblait très doué en critique d'art sauvage ; il se sentait insulté des mauvaises pratiques artistiques des membres de la tribu vivant par-ici. Tziëg s'en fichait bien lui. L'orc avait une mission et il comptait bien la mener jusqu'au bout. Si des obstacles se tenaient sur leur route, le peau-verte se ferait un plaisir de les dégager et il ne serait pas le seul à le faire étant donné l'énervement du stryge.
- J'imagine qu'on aura plus de facilité à avancer avec lui.
- Ou alors il nous conduira à notre perte en attirant tous les sauvages du clan, avertit Tziëg.

Le stryge était beaucoup trop intéressé dans ses insultes pour entendre ce qu'avait dit l'orc, cependant ça ne l'empêcha pas de retourner la plaisanterie précédente de l'orc à l'intéressé. Il ricana au revers de son camarade mais ne put s'empêcher de se poser la question du vainqueur d'un affrontement entre eux deux. Tziëg ne savait même pas lequel était le plus fort, mais les exploits du combat contre les banshees ne lui donnaient pas raison, malheureusement.
- On sait faire preuve de technique Tziëg, tu n'as pas à t'inquiéter de ça.

L'orc était perplexe ; lui et Kelh étaient des forgerons contrairement à Valphégas qui savait se battre. En tout logique, il aurait l'avantage sur eux.
- Si on doit faire la peau à ces incultes, je pense qu'on devrait continuer plus en bas. Tu veux peut être que je parte en éclaireur avec mon fidèle destrier ? proposa l'assassin de la Congrégation.

Valphégas avait raison, ce serait mieux pour eux qu'un éclaireur s'occupe des mauvaises rencontres. Et puis, si jamais Valphégas s'emportait en s'attaquant aux tribus sauvages des environs, c'était sûrement préférable que l'orc ne soit pas là. C'était peut-être perfide de sa part, mais en même temps il était un orc, ou plutôt un orc avec les enseignements de ses ancêtres : des maîtres des félonies.
- Tu as raison, mais ne fais pas trop de grabuge !

Ce serait quand même dommage que le stryge les quitte trop tôt ; il aurait peut-être d'autres rôles à jouer plus tard, pour le compte de Tziëg et de Kelh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valphégas
Fantôme sanglant

avatar

Messages : 563
Expérience : 1274
Masculin Âge RP : 21

Politique : 18
Métier : Mineur - Apprenti
Titres:
 

(Nalphégius, Pégase de Valphégas +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
735/735  (735/735)
Vitesse: 535
Dégâts: 690

MessageSujet: Re: Le voile déchiré des sauvages [PW Valphégas]   Mer 11 Juil 2018 - 16:54

Mon compagnon du jour accepta que je fasse un petit repérage des lieux avant de s'avancer plus en avant. Quelque part, il ne prenait pas beaucoup de risques à accepter, et je le voyais mal refuser une aide gratuite. Je ne l'aurais pas fait personellement. Mais bon, je n'étais pas non plus un modèle d'altruisme et de générosité.
Je claquai donc trois fois de la langue, signe convenu avec Nalphégius que c'était l'heure de décoller le plus haut possible pour ne pas se faire repérer. J'avais la chance d'avoir une très bonne vue, que j'avais affiné avec le temps pour me permettre de repérer au mieux mes cibles depuis les cieux, sans me faire repérer. Ni une ni deux, ma fidèle monture s'exécuta et s'éleva haut dans le ciel.
La chasse avait déjà commencée.


Je repérai rapidement le campement de ses odieux personnages qui avaient des goûts artistiques plus qu'incorrects. De loin, et des maigres connaissances que j'avais de la forêt de Cashlippe et de ses alentours, il me semblait bien que c'était un camp de Perracks, ses serviteurs gobelins zombifiés du Comte de Motch'Hollow. Ce dernier était d'ailleurs un des objectifs de mon frère, qui souhaitait le tuer pour prendre sa place. Je pensai l'espace d'un instant à mon jumeau: qu'était-il devenu depuis la dernière fois où je l'avais croisé? Mais ce n'était pas l'heure de me poser de telle question. J'avais beau être d'un naturel joueur et dissipé, quand il s'agissait du travail, je savais être professionel. Et bien que ce ne fut pas un contrat que j'exécutais aujourd'hui, c'était un assassinat en bonne et dû forme de tout un camp auquel j'allais participer joyeusement. Pour le plaisir, et pour lier ma relation avec mon nouveau compagnon forgeron, dans le sang et le fer.

Je fis signe à Nalphégius de descendre, à quelques distances du camp, dans un endroit que j'avais noté comme vide et sans danger. Une fois atterri, c'est là que l'éclairage commençait. Je chuchottai à Nalphégius de me ramener Tziëg en suivant un chemin sans risque, histoire de ne pas perdre de temps. Nous étions à seulement quelques dizaines de mètres du camp, et j'entendais déjà d'ici les râles mortuaires des zombies réanimés du Comte.
Prenant une position accroupie, je me faufilai à travers les quelques fourrées sur le chemin, faisant attention à ce que je ne me fasse pas repérer. C'était grisant de se déplacer telle une ombre, un prédateur prêt à bondir sur un troupeau de pauvres bêtes sans défense.

Au bout de deux minutes à me déplacer à pas de loup, j'atteignis enfin ma cible: le campement perrack. Entourré de petites palissades de bois, il ne semblait pas bien grand et devait contenir au maximum une vingtaine de ses créatures. L'entrée était gardée par deux gobelins au regard tout aussi inexpressif que vide. Etait-ce donc ça, l'emprise du Comte? Moi aussi je ressentais les effets insidieux de son influence mentale, comme une tâche d'ombre qui me guettait où que j'aille et quoi que je fasse. C'était son domaine, et mon esprit l'avait compris.
Mais cela n'enlevait pas ma détermination du moment, à savoir poutrer ses infidèles de l'art sanglant. Et faire ami ami avec peut être mon futur fournisseur d'équipement officiel. J'aimais bien mêler l'utile à l'agréable.

Après une vingtaine de minutes d'observation, mes doutes étaient confirmés: ce campement était un avant poste à la garnison plutôt légère. J'avais compté une dizaine de perracks qui déambulaient sans volonté dans le campement, mais je me laissais une marge d'erreur car je ne les avais probablement pas tous vus. C'était bientôt le moment d'agir. Dès que Nalphégius m'aurait ramené mon - ou devrais-je plutôt dire "mes"? - compagnon-s- de voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le voile déchiré des sauvages [PW Valphégas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La langue des Hommes Sauvages
» Char à voile grot pour gorkamorka
» Questions bètes sur le kanon chez les orks sauvages.
» [1500] Orks Sauvages, petit essai
» Les Wargs sauvages , rentables?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: La Perracie :: Tribu des Perracks-