AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : DainIronfoot
Le Monde de Dùralas a précisément 2526 jours !
Dùralas, le Mar 29 Sep 2020 - 12:11
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 [Officiel]Traité de sanguinologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Traité de sanguinologie Empty
MessageSujet: [Officiel]Traité de sanguinologie   [Officiel]Traité de sanguinologie EmptyVen 29 Mai 2020 - 10:03

Traité de sanguinologie

Comme tout un chacun le sait, nous autres Vampires buvons du sang. Nous sommes la seule race pensante – voire, à ma connaissance, la seule race tout court – à consommer cette substance de manière brute, et en la plaçant au centre de notre alimentation. Mais comme tout produit, le sang a ses variations, ses subtilités, ses éléments d'exception, ses connaisseurs. Aussi, laisse-moi t'introduire, cher lecteur curieux, aux basiques de la sanguinologie.

    Peu de gens le savent, mais la race de la personne dont est issue le sang joue un rôle essentiel. Chaque race présente ses propres caractéristiques gustatives, comme on pourrait en avoir pour le vin :

- Sang humain : honneur aux plus nombreux. À la vérité, c'est bien leur nombre qui rend la description si ardue. Le lieu de naissance et de croissance va avoir énormément d'importance sur le goût final. Si je devais schématiser la chose, je dirais simplement que le nord se caractérise par son goût sec, alors que c'est la douceur qui domine au sud. À l'ouest, on trouve des goûts fruités et boisés, alors qu'à l'est, ce sont des goûts tourbeux. Mais il y a énormément de subtilités là-dedans, dont je traiterais ci-après. Notez que ces variations se retrouvent chez toutes les races, à un degré moindre, en fonction du lieu où l'individu a grandi.

- Sang abyssal : sans surprise, le sang des Abyssal se caractérise par son goût iodé. À noter que ceux liés à l'Avatar de la Tempête ont un goût plus fort que leurs congénères.

- Sang djöllfulin : les djöllfulins ont un sang que l'on pourrait qualifier de fort, d'épicé. Je suppose que c'était une évidence, compte tenu de leur apparence. On ne doit pas venir du grand froid nordique sans avoir un moyen d'y survivre. Mais aussi amusant que cela puisse paraître, la foi de ces démons cornus est tellement ancrée en eux qu'elle en vient à modifier le goût de leur sang. Ainsi, les adorateurs de Lagmarù se caractérisent par un sang beaucoup plus fort que ceux de leurs congénères. Les membres du culte d'Urgaal'Mar ont quant à eux un sang qui tire vers l'acide. Assez particulier je dois dire, une boisson de connaisseur. Les Djöllfulins associés à Kar'Magûl ne bénéficient pas des caractéristiques gustatives de ses congénères, mais il bénéficie en revanche d'une particularité physique : au lieu d'être rouge, leur sang tend vers le violet. Idéal pour égayer vos cocktails durant vos soirées mondaines !

- Sang elfe : en tant que créatures immortelles, les elfes ont le sang le plus pur et le plus goûteux de tout Dùralas. Tel un bon vin qui gagnerait en goût avec les ans, le sang elfe bénéficie d'années, que dis-je de siècles pour se bonifier. Que l'on soit de la noblesse vampirique ou d'une basse caste, un verre de sang d'elfe est toujours le signe d'un bon repas. Là aussi, on trouve des distinctions en fonction du type d'elfe considéré : chez les elfes de glace, le sang porte en lui une touche de fraîcheur, très prisée en été. Chez les elfes sylvestres, le goût naturellement boisé s'adoucit vers une note fruitée. Les meilleurs spécialistes vous diront qu'en fonction du fruit, vous pouvez connaître le lieu précis où le spécimen a grandi. Son goût léger le rend très apprécié chez les jeunes vampires. Enfin, les elfes noirs ont un goût astringent, suffisamment fort pour rebuter les plus jeunes, mais assez pour être réputés chez leurs aînés. Bien sûr, tous les goûts sont dans la nature, mais si vous cherchez un cadeau pour un vampire, en choisissant du sang d'elfe, vous êtes certain de ne jamais vous tromper.

- Sang hybride : le sang d'hybride est probablement le moins remarquable de tous. Sans être spécialement mauvais, il ne se distingue pas vraiment. Il est, de fait, assez proche en goût du sang des animaux auxquels ils sont associés (le bœuf pour les minotaures, le cheval pour les centaures, etc...). Il est considéré comme le sang du pauvre, à l'extrême opposé du sang d'elfe. À éviter lors de vos soirées mondaines. Gardez-le plutôt pour noyer votre désespoir un jour de pluie en hiver. On peut néanmoins noter que les minotaures ont un goût un peu plus amer que leurs confrères hybrides. Je me souviens de mes folles années de jeunesse, où nous coupions du sang animal avec du sang humain, faute de mieux. Si mon père avait su... Mais je digresse.

- Sang de géant : les géants divisent les plus grands amateurs de sang. Il a un côté quitte ou double : soit vous l'adorez dès la première gorgée, et ça restera une petite douceur chère à votre cœur, soit vous le recracherez immédiatement. Le sang de géant est très épais, à la limite du gras, et ce quelqu'ait pu être la forme physique de son propriétaire d'origine. On l'utilise parfois en gelée.

- Sang de thérianthrope : Il existe une légende. On raconte que si les vampires chassent les thérians, c'est parce qu'ils ont goûté à leur sang qui aurait été tellement mauvais que les vampires de l'époque les auraient jugés bons à exterminer. Il est évident que tout ceci n'est que foutaise, et que d'autres raisons bien plus profondes et sérieuses sous-tendent ce conflit centenaire. Nous ne sommes pas du genre à vouloir exterminer une race entière simplement parce qu'elle a mauvais goût. Nous ne sommes pas des sauvages... Mais je m'égare. Sans que le sang de thérian ne soit exceptionnel d'une manière générale, il se laisse boire facilement. C'est même une boisson de base pour l'alimentation des vampires originaires de Spelunca. Pour ceux originaires de cette région de Dùralas, on distingue un goût caractéristique de champignon. Les non-natifs, quant à eux, ont une saveur truffée. L'avis des spécialistes divergent sur l'impact d'une sous-catégorie de thérians par rapport à une autre concernant le goût.

- Sang de naga : sujet épineux que celui du sang des ophidiens. Une minorité de vampires ne jurent que par ça, arguant que le sang de naga est le meilleur de Dùralas, devant celui des elfes. Ils sont bien les seuls à le penser... Les éléments nous manquent à ce sujet, mais il semblerait que cet écart de conception soit le résultat d'un trouble. En effet, le sang d'ophidiens, particulièrement ceux des Nagas venimeux, est infecté par un certain nombre de toxines. Mal extrait, ou pompé trop rapidement, il monte à l'esprit, et causes des intoxications, conduisant à des délires. Le sang de naga est donc le seul qui nécessite une procédure spécifique pour être extrait correctement sans devenir toxique. C'est pourquoi il est aussi rare.

- Sang nain : comme on peut s'en douter, le sang du nain a le goût de la terre et de la montagne. Il est bon ton dans les hautes sphères vampiriques de dire que le sang de nain à un goût de silex, mais soyons honnêtes... Qui a déjà goûté un silex ? Comment peut-on trouver un caillou bon ? Ce sont des conceptions qui m'échappent.

- Sang de peau-verte : on dit souvent que l'habit ne fait pas le moine. C'est une règle qui se vérifie pour les peaux-vertes. En effet, leur sang a un goût très caractéristique de fruit exotique, généralement d'ananas.

- Sang stryge : les esprits étroits diront que le sang de stryge, blanc comme noir, est une boisson de femme. Ils ne savent pas ce qu'ils perdent. Le sang de stryge (qu'importe lequel) est d'une légèreté incomparable. C'est comme une plume qui vient vous caresser la peau. Il en devient même piégeux, car à être trop léger, il devient facile d'en abuser. À ce propos, il existe une légende sur le goût du sang de stryge gris, que certains gourmets s'échinent à vouloir recréer artificiellement.

- Sang vampire : cela peut paraître paradoxal, mais il serait hypocrite de négliger le goût du sang des vampires. Après tout, compte tenu de la passion des miens pour le meurtre, la trahison et les complots, il va sans dire que nous avons pu goûter notre sang plus d'une fois. Et bien, ce n'est pas une réussite. En fait, le sang de vampire n'a aucun goût. Est-ce un effet de la non-vie ? Ou l'effet de l'absorption d'autant de sangs différents ? Je n'en ai pas la moindre idée. Toujours est-il que ce n'est pas une boisson que l'on choisit par plaisir.

Ces considérations raciales posées, il est important de noter également qu'ils ne représentent qu'une base. En effet, de nombreux critères (dont le critère géographique évoqué plus haut) doivent être pris en ligne de compte, ce qui donne à chaque sang une saveur caractéristique :

    * L'âge. Contrairement à la croyance populaire, le sang des jeunes n'est pas nécessairement meilleur que celui des vieux. Il s'agit là aussi d'une différence de goût : le sang des enfants et des adolescents tend vers le sucré, et va s'affirmer et gagner en corps avec l'âge. Il s'agit donc principalement d'une question de goût.

    * La condition physique. Les corps athlétiques ont un sang tonique, alors que les corps grassouillets sont plus sirupeux. Imaginez alors le sang d'un géant obèse, vous pouvez en faire des tartines. Ou du ciment, si vous faites des rénovations...

    * Le cadre de vie. Ici, il convient de faire la part des choses entre cet élément et le lieu de naissance. Ça paraît évident, mais la limite se situe par rapport au temps passé dans le lieu : si la personne a vécu principalement dans une zone, disons une forêt, il aura un sang boisé. Mais, bien que né dans une forêt, s'il a très vite déménagé disons à la montagne, il ne gardera que de très légères notes boisées, voire plus aucune.

    * Le niveau de vie. Cette question touche généralement à l'alimentation, mais englobe au final bien d'autres aspects. On remarque généralement que ceux qui vivent dans l'opulence ont des goûts plus marqués, tandis que les pauvres tendent vers la finesse et la subtilité. Comme quoi, tout est possible.

C'est ainsi que s'achève ce petit tour d'horizon de la typologie des sangs et de leurs caractéristiques gustatives. Dans une prochaine publication, j'aborderais la question de l'assortiment sang-mets.
Merinos Chiropteros, baron de Volinius
Ancien Grand sommelier du Comte Motch'Hollow




Cette œuvre rapporte 40 points d'expérience et 1 gemme arlequine à Azriel
Revenir en haut Aller en bas
 

[Officiel]Traité de sanguinologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-